Algérie

«Chronique des Aurès», Une ode à l’Algérie


L'écrivain René Fagnoni a signé, hier, son ouvrage Chronique des Aurès, lors d'une vente-dédicace organisée à l'occasion du XIe Salon international du livre d'Alger (Sila).
«Ce livre, qui est à la fois une œuvre biographique et un témoignage, est une ode à l'Algérie», a indiqué l'écrivain, ajoutant que cet ouvrage est «la jonction» d'articles qu'il a publiés dans les journaux algériens sur «la période de braise de la guerre d'Algérie» et de photographies prises en 1958-1959, période où il a été «enrôlé de force» dans le 7e régiment des tirailleurs, à la suite de ses «positions anticolonialistes déjà manifestées en France». «Ce livre montre le grand dénuement de la population durant la période coloniale», a souligné cet ami de l'Algérie, qui a, par ailleurs, exprimé son «grand attachement au peuple algérien et à la terre d'Algérie». Evoquant le choix de la thématique, René Fagnoni a indiqué que l'idée d'écrire ce livre est née en 2001, à Paris, lors de l'inauguration d'une plaque commémorative à la mémoire des victimes du 17 Octobre 1961 puis à l'occasion de l'inauguration d'une stèle, à Alger, en hommage aux Algériens d'origine européenne qui ont soutenu la cause nationale. L'ouvrage Chronique des Aurès a été publié par les éditions Art Kange qui projettent, en collaboration avec Afra-Med, de rééditer le livre L'olivier de Makouda de Christian Buono, militant de la cause nationale et beau-frère du militant Maurice Audin.
«C'est lui rendre justice que de rééditer ce livre qui est sorti en France de manière très restreinte», a indiqué Fagnoni, rappelant le parcours de cet ancien instituteur, ami de l'Algérie, aujourd'hui âgé de quatre-vingts ans et qui «était détenu dans la prison de Serkadji dans la même cellule que le militant Henri Alleg», l'auteur de La question, un livre dénonçant la torture pratiquée en Algérie par l'armée française durant la période coloniale.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)