Chlef - Revue de Presse

Chlef L'université, toute une histoire


En 2001, l'établissement universitaire de Chlef était au rang de centre universitaire avec un effectif de 11.000 étudiants répartis dans 17 filières. Les deux restaurants universitaires s'avéraient exigus. Les étudiants serrés les uns contre les autres faisaient souvent d'interminables chaînes. Les deux résidences universitaires, en l'occurrence, celles du 1er Novembre 1954 et du 19 Mai 1956 étaient insuffisantes. Le problème de l'hébergement se posait avec acuité, notamment pour les jeunes filles, chose qui a amené l'administration du centre universitaire à limiter le nombre de transferts. Concernant la documentation il n'y avait qu'une bibliothèque disposant d'une capacité de 1.000 places et accusant un déficit important en ouvrages nécessaires pour les étudiants ainsi que les enseignants. M. Mohamed El-Ghazi, après son installation à la tête de la wilaya en 2001, a déclaré la même année à partir de l'établissement universitaire : «tant que je suis à la tête de la wilaya, je déployerai tous les efforts nécessaires pour garantir à chaque bachelier de la région de Chlef et des wilayate limitrophes une place pédagogique et éventuellement un lit...». En 2002, le centre universitaire est promu au rang d'université. Depuis cette date, les réalisations n'ont cessé d'être concrétisées sur le terrain. Elles ont atteint, au mois de septembre passé, 8.000 places pédagogiques, 7.000 lits, 4 restaurants d'une capacité totale de 6.400 places, des blocs socio-culturels, des logements de fonction, des bibliothèques spécialisées etc... La plupart de ces réalisations se trouvent au niveau du nouveau pôle universitaire de Ouled Farès qui est un véritable bijou dont peut s'enorgueillir, non seulement la wilaya de Chlef, mais toute l'Algérie. Lors de la visite du 17 octobre 2006, effectuée par les ministres de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et celui de l'Habitat et de l'urbanisme au pôle cité auparavant, M. Rachid Harraoubia avait déclaré : «il y a la quantité et la qualité», M. Mohamed Nadir Hamimid, quant à lui, avait déclaré : «je suis satisfait par la belle architecture, l'avancement appréciable des travaux et tout cela réalisé au moindre coût». Ce dimanche, le wali, accompagné des membres de l'exécutif et des élus pour une visite de travail et d'inspection des projets de développement au niveau de cinq communes relevant des daïrate d'Abou El-Hassan et Ouled Farès, a observé une longue halte au pôle universitaire qui a duré plus d'une heure. Il a visité les différentes structures en cours de réalisation et s'est entretenu avec les responsables de l'université, les maîtres d'ouvrages ainsi que les responsables des entreprises réalisatrices. Il a insisté auprès d'eux sur le respect des délais et la qualité des travaux tout en écoutant d'une manière attentive leurs doléances. Pour les infrastructures qui doivent être opérationnelles pour la prochaine rentrée universitaire : 2.000 places pédagogiques, 4.000 lits et deux restaurants d'une capacité de 500 places chacun, le premier responsable de la wilaya a ordonné aux responsables concernés : «leur achèvement intégral ne doit en aucun dépasser la fin juin 2008». L'effectif de l'université de Chlef a atteint cette année 28.300 répartis dans 38 filières. Les étudiants ne viennent pas uniquement de la région de Chlef et des wilayate limitrophes mais aussi de plusieurs wilayate du pays, à l'image de Tizi-Ouzou, Médéa, Tiaret, Béchar, Adrar, et de certains pays africains. C'est ainsi que Chlef, qui avait en 2001 un centre universitaire, peut s'enorgueillir aujourd'hui d'avoir une université respectable, parmi les plus importantes du pays.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)