Algérie

Chlef

Quelle solution contre la sécheresse ? La commission technique instituée par le wali de Chlef, le 21 mai dernier, n?a pu statuer sur le cas des fellahs ayant introduit des demandes de réalisation de forages en raison de la réserve réduite du barrage de Oued Fodha. En effet, les membres de cette commission, issus des différents secteurs concernés, devaient examiner, mardi dernier, au siège de la direction de l?hydraulique de la wilaya, les dossiers d?autorisation présentés par 23 des 60 irrigants recensés et qui sollicitent un avis favorable pour entamer les travaux de forage de leurs puits. Néanmoins, d?après des sources proches de la commission, celle-ci s?est trouvée confrontée à un véritable dilemme : autoriser les forages et transgresser les lois en matière de préservation de la nappe phréatique ou adopter la position contraire et laisser dépérir le potentiel arboricole que possèdent les demandeurs ? Vu la difficulté de la tâche, les responsables concernés ont dû laisser la décision finale à l?appréciation du wali, selon les mêmes sources. L?autre liste étudiée a été celle des exploitants qui disposent déjà de l?autorisation de forages mais qui n?ont pu les réaliser dans les délais fixés (trois mois) faute de moyens financiers. Il a été décidé de leur renouveler le document en question, à charge pour eux de relancer les démarches auprès des services agricoles pour obtenir le financement de l?opération. Par ailleurs, ladite commission a évacué de l?ordre du jour de sa session le cas des 189 demandeurs de forages pour différents usages (industriel, domestique et autres), considérant le dossier non prioritaire pour le moment. Il convient de rappeler que l?irrigation à partir des deux barrages hydrauliques a été interdite cette année à cause des faibles quantités d?eau mobilisées par ces ouvrages. Ils ne contiennent tous deux que 26 millions de mètres cubes, dont 23 millions à Sidi Yacoub et 3 millions à Oued Fodda, ce qui est nettement inférieur à leur volume respectif de stockage, soit 280 millions et 106 millions de m3. L?insuffisance des précipitations est souvent avancée comme la principale cause à l?origine de cette situation.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)