Algérie

CHERCHELL



L?assassin paraplégique s?évade Le 12 juillet 2004, Mohamed Bahrour dit Billel condamné à une peine de prison à perpétuité s?évadait d?une des salles de consultation de l?hôpital Ibn Sina où il avait été évacué pour des soins. Avec son complice et ancien compagnon d?armes à l?Académie interarmes de Cherchell, Tahar Tréat, 28 ans, tous deux radiés de l?armée, il avait assassiné Ahmed Ghardiss, 49 ans, chauffeur de taxi, dont ils avaient loué les services pour les transporter à Bouteldja. Très connu à Cherchell pour sa disponibilité à rendre service à quiconque dans le besoin, la victime n?avait pas hésité un seul instant à répondre à la sollicitation de ceux qui allaient devenir ses bourreaux. Son sacrifice était d?autant plus grand que le jour même, une de ses filles passait le baccalauréat. Le 20 juin 2002, Ghardiss ne pouvait imaginer un seul instant que les 2 individus accompagnés d?un enfant de 10 ans projetaient de le tuer dans un coin reculé de leur région natale à Bouteldja (El Tarf). Durant le trajet Cherchel - El Tarf par cette chaude journée, tout paraissait normal y compris le sommeil profond du petit garçon à l?arrière du véhicule. Arrivés en un lieu désertique à proximité de la localité de Berrihane (Bouteldja), l?un des 2 assassins prétextant un besoin urgent demanda au conducteur de s?arrêter. Ce dernier ignorait qu?à l?arrière, Bahrour qui donnait l?apparence d?un paraplégique, tenait entre ses mains un couteau de boucher qu?il avait pris soin d?acheter à Cherchell. Hélé par Tréat côté conducteur, Ghardiss tourna la tête mais eu le temps tout de même de surprendre Bahrour qui tentait de lui planter le couteau dans la carotide. Il essaya de lutter, en vain, car le second complice sauta sur lui et l?immobilisa pour permettre à Bahrour d?achever son ignoble acte. Les deux compères ne s?arrêtèrent pas là. Après avoir égorgé le malheureux père de famille, ils l?enterrèrent au bord d?un oued, effacèrent toute trace de sang sur le sol et repartirent avec la Peugeot 505. Constatant l?absence prolongée de l?époux et père, la famille signala la disparition de leur proche à la Gendarmerie de Cherchell. Ce n?est que trois mois après qu?un berger découvrira le corps en décomposition avancée de la victime. Quarante-huit heures à peine ont suffi aux éléments de la brigade d?investigation de la Gendarmerie de la wilaya d?El Tarf pour identifier le corps et de fil en aiguille remonter la filière qui les amènera jusqu?aux deux auteurs de cet acte innommable. En fait de paraplégique, Bahrour, qui avait réussi à faire admettre son prétendu handicap à tout son entourage y compris les enquêteurs, n?en était pas un. Ce dangereux criminel l?a démontré ce 12 juillet en trompant la vigilance de ses gardiens et a détalé sans que quiconque ait pu le rattraper.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)