Algérie

Ce qu'on retient du Mondial-2014

Ce qu'on retient du Mondial-2014
Lionel Messi (meilleur joueur de la Coupe du Monde) :C'est sans doute une récompense très controversée. La polémique a fleuri après cette distinction que bon nombre d'observateurs ne trouvent pas méritée. Même Diego Maradona n'a pas été tendre avec le prodigieux «numéro 10» Argentin au point de qualifier l'attribution du ballon d'or du Mondial d'un «coup marketing» non sans affirmer qu'il lui «donnerais le ciel si je le pouvais. Mais ce n'est pas juste quand quelqu'un remporte un prix qu'il n'aurait pas dû gagner simplement à cause d'un plan marketing.». Le capitaine des «Tangos » n'aura pas pu mener l'Albiceleste vers le 3e sacre de son histoire. De surcroit, il ne s'est pas vraiment montré décisif lors de la phase à élimination directe. Avec 4 buts (tous inscrits au premier tour) et une seule passe décisive, le quadruple Ballon d'Or n'aura pas été aussi monstrueux que ça. En lice pour cette récompense individuelle, il y avait d'autres joueurs qui la méritaient certainement plus. On citera les Philipp Lahm, Toni Kroos, Manuel Nueur ou encore James Rodriguez.Manuel Nueur (Gant d'or) :Il est l'un des atouts majeurs de la «Nationalmannschaft» dans cette Coupe du Monde. Tel le mur de Berlin, le portier allemand a souvent été dur à franchir. Des prestations de très haut niveau notamment celles face à l'Algérie (en huitièmes) et la France (en Quarts) pour contribuer grandement au quatrième sacre de l'Allemagne. Seules les attaques algérienne (1 but), Ghanéenne (2 buts) et brésilienne (1 but) ont réussi à faire trembler ses filets. À l'heure actuelle, il n'a certainement pas d'égal dans les cages. Il y aussi cette statistique frappante : en 56 sélections, le gardien du Bayern Munich n'a perdu que 3 matchs officiels.James Rodriguez (soulier d'or) :La Colombie était l'une des révélations de ce Mondial brésilien tout comme son talentueux James Rodriguez. Le joueur de l'AS Monaco aura marqué le tournoi de son empreinte en terminant meilleur buteur avec 6 réalisations mais aussi 2 passes décisives devant Thomas Müller (5buts/Allemagne) et Lionel Messi (4buts/Argentine). Parmi les 6 buts qu'il a inscrits, il y a cette «fresque» face à l'Uruguay. Un des plus beaux dans la compétition. L'ex joueur du FC Porto a marqué à chacune de ses 5 apparitions égalant un certain Rivaldo qui avait frappé dans 5 matchs consécutifs lors de l'édition 2002 organisée conjointement par le Japon et la Corée du Sud. Le joueur de 23 ans, que beaucoup de médias envoient au Real Madrid cet été, s'est déjà hissé au rang des grands.Paul Pogba (meilleur espoir) :Avec un effectif très jeune, Didier Deschamps a pu atteindre les quarts de finale avec sa troupe avant de s'incliner petitement face à l'Allemagne. Durant le tournoi, le milieu de terrain Paul Pogba a gratifié le public de très beaux gestes techniques qui n'ont pas laissé les Brésiliens indifférents. Le joueur de la Juventus Turin, qui a gagné le Ballon d'Or junior en décembre dernier, poursuit son bonhomme de chemin et confirme son potentiel prometteur.Colombie : Prix du fair-playUn public extraordinaire et une sélection totalement décomplexée qui aura joué les trouble-fêtes jusqu'au bout. Une équipe élégante qui a forcé le respect. Cette Colombie nous a fait vibrer avec ses Cuadrado, Quintero, Ibarbo, Gutiérrez et les autres. Une distinction qu'on aurait pu aussi décerner au Chili d'Alexis Sanchez mais aussi la très surprenante sélection du Costa Rica qui a quitté le tournoi en quarts de finale sans avoir enregistré la moindre défaite terminant notamment première dans un groupe où figuraient l'Italie, l'Angleterre et l'Uruguay s'il vous plait.On a aimé :Les buts :Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette 20e édition de Coupe du Monde a été spectaculaire. Beaucoup de buts sur les différentes pelouses brésiliennes. 171 au total, soit le même nombre que lors de l'édition98 (France) qui était la plus prolifique jusqu'à ce but de Mario Götze en finale contre l'Argentine. Championne du monde, l'Allemagne a fini meilleure attaque du tournoi avec 18 réalisations.L'Algérie :Ce qui relevait du rêve est devenu réalité. Notre équipe nationale a fini par accrocher ce second tour. Un Mondial que les amoureux des «Fennecs» ne risquent pas d'oublier. Emmenés par Vahid Halilhodzic, les Verts ont livré une superbe campagne durant laquelle ils ont inscrit 7 buts pour terminer dans le «top 5» des meilleures attaques du tournoi et une très encourageants 13e place sur les 32 nations mondialistes.Les portiers volants :Les parades ' On en a vu durant ce mois de compétition. Guillermo Ochoa (Mexique), Keylor Navas (Costa Rica), Vincent Enyeama (Nigeria), Tim Howard(Etats-Unis), Claudio Bravo (Chili), notre Raïs M'bolhi et bien sûr l'infranchissable Neuer (Allemagne), ont fait le show. Des performances qui viennent redonner un peu plus de considération pour un poste qu'on met rarement en valeur. En tout cas, le vainqueur final avait le meilleur gardien dans les buts. Comme quoi...Les bijoux :La tête plongeant du «Flying Dutsh» Robin Van Persie, la reprise titanesque de Tim Cahill, le missile intercontinental de David Luiz et, bien sur, la sublime reprise volée de James Rodriguez, les bijoux n'ont pas manqué dans les enceintes brésiliennes transformées en écrins dans ces moments magiques. Cependant, dans le chef-d'œuvre de James Rodriguez il y a tout.On a moins aimé :L'arbitrageMalgré l'introduction des nouvelles technologies (goal-line technology) et les innovations (le spray marqueur), les arbitres ont parfois pris les mauvaises décisions comme lors du match d'ouverture où le Brésil a été clairement avantagé par l'arbitre Japonais Yuichi Nishimura. Il faut dire que le pays hôte a souvent bénéficié de décisions qui lui ont été favorables. N'empêche, le trio arbitral de la finale, emmené par Nicola Rizzoli (Italie) s'est bien acquitté de sa tâche.La morsure de Luis SuarezL'Uruguayen a été rattrapé par ses vieux démons face à l'Italie dans le dernier match de la phase de poules. Cette fois, sa victime était Giorgio Chiellini qui avait la marque des canines d' «el Pistolero» sur l'épaule gauche. Bien que très talentueux, l'ancien joueur du Liverpool (il a été transféré au Barça pour 80 millions d'euros) a gâché sa Coupe du Monde et celle de sa sélections aussi. La Fifa a décidé de le suspendre de toutes activités pour les 4 mois à venir. Il a aussi pris 9 matchs fermes avec la «Celeste ». Orpheline de son meilleur joueur, l'Uruguay a été éliminée dès les huitièmes de finale.La Seleçao et les autres «ténors»Très attendue, la sélection brésilienne n'aura pas montré grand-chose. En manque d'imagination, qualifiés laborieusement au second tour, les «Auriverde» ont déçu leurs fans mais les amoureux du beau football aussi. Cependant, la Samba n'était pas la seule grande équipe qui a manqué ce rendez-vous. L'Angleterre, l'Italie et surtout l'Espagne se sont contentées de trois matchs seulement avant de remonter dans l'avion. Les sélections de l'Amérique latine ont dominé le tournoi, comme lors des précédentes éditions sud-américaines d'ailleurs. Il fallait compter sur les Pays-Bas et l'Allemagne, les seules sélections du Vieux Continent à avoir tenu leur rang avec -un degré moindre- la Belgique, pour venir bousculer la hiérarchie.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)