Algérie - A la une

BOUTEFLIKA ET LES GENERAUX DEGAGERONT, c'est juste une question de temps !



BOUTEFLIKA ET LES GENERAUX DEGAGERONT, c'est juste une question de temps !
In page facebook de Lila Lefevre-Haddad
Le régime algérien est un régime pervers, machiavel et sans pitié. Ses barrons veulent gagner du temps pour mieux organiser leur départ. Les dernières man'uvres de la grande MUETTE sont éloquentes : Si le Qatar rachète ouvertement des banques et des sociétés européennes au bord de la faillite, les barrons d'Alger, entourés des plus grands experts de la haute finance, rachètent eux aussi, mais secrètement et avec l'argent du peuple, des banques et des sociétés européennes au bord de la faillite.
L'Europe quant elle, soucieuse en premier lieu du bien-être de ses citoyens, met au frigo ses belles valeurs (démocratie et droits de l'homme), pour se réjouir de cet argent tombé à point nommé du ciel algérien. Il semble que la crise économique et financière internationale, comme l'avait été le 11 septembre 2001, est une aubaine pour le général Toufik MEDIENE et ses collègues, Khaled NEZZAR, Mohamed LAMARI et le nouveau venu, l'explosif TARTAG ainsi qu'une poignée d'autres généraux.
Comme pour le taureau, le rouge, contrairement à une idée reçue, n'excite pas le régime car il ne le voit pas, et c'est précisément pour cette raison là qu'il est aveuglément résolu à vider l'Algérie jusqu'à la dernière goutte de sang. Seulement voilà, il oublie ou feint d'oublier un paramètre de taille qui échappe presque à l'exactitude de l'arithmétique des experts payés à coup de millions d'euros pour tenter de satisfaire la boulimie de ce régime agonisant. Il s'agit d'un paramètre plus explosif que le général TARTAG, celui de ces jeunes algériens, à peine des f'tus durant la décennie sanglante, ils ont 20 ans aujourd'hui et un sang neuf, prêts à venger leurs aînés saignés à blanc et épuisés par une guerre de 10 ans.
Faisant allusion à ces jeunes, un bloggeur actif me disait« Ils sont full options, chargés à bloc et inépuisables; ajoutant : « Les généraux dégageront, c'est juste une question de temps,' » Le temps où vous parvienne l'écho d'une voix lointaine mais assourdissante: one, two, three, à bas BOUTEFLIKA, à bas les GENERAUX, à bas la dictature! A cet instant là, vous réalisez que ces vagissements sont les signes avant-coureurs, d'une naissance quand bien même post-mature, d'un peuple libre de son destin, d'un état de droit civil garant d'une authentique démocratie et d'une armée qui prend à c'ur sa vocation de protéger ses citoyens et le territoire algérien contre toute agression extérieure.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)