Algérie

Bousculade chez les confiseurs


La rareté de l?eau d?irrigation, la nationalisation des unités de transformation de l?ex-Onapo, la réduction des superficies irriguées - qui passeront de 8000 hectares à moins de 4000 hectares - réduiront considérablement la production. L?introduction progressive de l?olive dans le régime alimentaire permettra d?absorber toute la production nationale. Qui très rapidement arrivera difficilement à couvrir les besoins du marché intérieur. Oscillant en moyenne entre 80 000 et 150 000 tonnes, elle sera en grande partie absorbée par la consommation des ménages. Durant le Ramadhan 2004, il a fallu recourir à l?importation clandestine d?olives marocaines. Que Ali Elagag, le président de l?association des conserveurs, attribue à un ancien de l?ORPO qui aurait introduit frauduleusement pas moins de 20 000 q depuis le Maroc. Avec la timide ouverture économique et le formidable engouement de la ménagère, l?olive de table deviendra, avec la pomme de terre, un produit refuge. Ce qui n?échappera pas aux opportunistes qui s?engouffreront rapidement et parfois dans le désordre dans la brèche. A la dizaine de confiseurs qui activaient jusqu?en 1970, perpétuant un savoir-faire certains, viendront rapidement se joindre plus de 220 nouveaux opérateurs. Pourtant, très officiellement, les services agricoles locaux n?en dénombrent que 126, laissant le soin aux représentants de la corporation de dénoncer ce laxisme au demeurant préjudiciable tant au fisc qu?aux véritables confiseurs. C?est ainsi que tous les espaces disponibles au niveau de la ville seront réinvestis. La minuscule zone industrielle verra l?installation de centaines de fabriques. Obligeant certains producteurs à s?isoler dans les douars environnants où l?on dénombre parfois plus d?une vingtaine d?unités d?envergure. Cette soudaine ruée vers l?olive va faire beaucoup de dégâts à la profession, comme le soulignera Ali Elagag qui s?offusque que rien ne soit fait pour mettre fin aux agissements des fossoyeurs. De son côté, l?Office régional oléicole perdra de son influence pour finir à la casse. Avec son éclatement, c?est toute la profession qui allait passer définitivement entre les mains de particuliers. Qui sont loin de faire l?unanimité chez les anciens.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)