Algérie

Boukerzaza hier lors d’un point de presse

«Les frais du hadj augmenteront de 35.000 DA» Lors du traditionnel point de presse, à l’issue du Conseil du gouvernement, M. Boukerzaza, ministre de la Communication et néanmoins porte-parole du gouvernement, aura apporté une bien mauvaise nouvelle aux futurs hadjis. Il expliquera, à ce propos, qu’Ahmed Ouyahia a donné des instructions pour le prochain pèlerinage. «Les frais de transport et d’hébergement ont augmenté de 30% en raison de l’envolée des prix du pétrole, ce qui se traduit par une hausse de 70.000 dinars sur le budget du hadj», note Boukerzaza tout en expliquant que «le gouvernement a décidé de réduire cette charge de 50% pour que la facture soit moins lourde pour les futurs pèlerins». Soit un plus à payer de 35.000 DA pour le futur hadji. Cette «solidarité» gouvernementale enchantera-t-elle, pour autant, le candidat au Hadj obligé de mettre un peu plus la main à la poche ? Rien n’est moins sûr. Par ailleurs, et en réponse à une question relative à la participation de l’Algérie à l’UPM, M. Boukerzaza a estimé qu’il est «inconcevable que l’Algérie soit absente d’une rencontre internationale qui réunira 42 pays. D’autant que cette rencontre sera décisive pour l’avenir politique et économique de la région». Pour le ministre, membre du gouvernement, la présence de notre pays lors du sommet de l’Union pour la Méditerranée s’impose d’elle-même compte tenu des intérêts que charrie un tel projet, pas seulement pour l’Algérie mais bien pour toute la région. D’où, dit-il, la pertinence de la présence de l’Algérie à cette rencontre qui verra les principaux chefs d’Etat de la Méditerranée présents. Pour Boukerzaza, la question de la participation algérienne à l’UPM est des prérogatives du président, qui habilité constitutionnellement à guider la politique étrangère du pays et, à définir son contenu et  à lui seul de fixer les dates adéquates des rendez-vous. Cette décision  vise selon lui, à défendre les intérêts du pays sans céder d’un iota son soutien à la question palestinienne et la vision arabe commune, comme définie au sommet de Beyrout et de Riadh. D’autant plus que, estime t-il, l’Algérie a toujours été à l’avant-garde dans la promotion de la consultation de l’axe arabo-maghrébin. Quoi qu’il en soit, l’Algérie sera présente, est-il encore expliqué, à ce sommet, mais les choses ne commenceront à être claires que lorsque le projet de l’Union pour la Méditerranée sera connu dans ses moindres détails. Interrogé sur le procès, actuellement en cours, sur l’assassinat du chanteur kabyle, Matoub Lounes, à Tizi-Ouzou, le ministre de la Communication dira qu’il n’est pas prévu de «dispositif exceptionnel». Ouyahia a, dans le même temps, donné une orientation aux membres du gouvernement aux fins de faciliter «la mise en œuvre des textes d’application des statuts particuliers de chaque secteur». Par ailleurs, le Conseil du gouvernement d’hier matin a été mis à profit pour avaliser un projet de décret présidentiel portant augmentation de la quote-part de l’Algérie au capital de la Société d’hébergement régional en Afrique «Shelter-Afrique », une société au capital de 50 millions de dollars, sous l’égide de l’Union africaine et dont le siège est à Nairobi. L’Algérie qui a rejoint, comme actionnaire, cette société de logement et d’habitat en 2000, a décidé d’augmenter sa part de 1,5 millions de dollars, portant globalement sa participation à 4.605.000 dollars. Ce qui renforce ainsi sa 4ème place au sein de cette société dont l’objectif est de soutenir le développement sur le continent noir. Un autre projet de décret exécutif définissant les modalités de libres accès des tiers aux infrastructures logistiques et de transport des produits pétroliers a été entériné. Conformément à l’article 9 de la nouvelle loi 05/07 d’avril 2005 sur les hydrocarbures, le décret consacre, pour la première fois, l’ouverture du marché à d’autres opérateurs au même niveau que l’opérateur historique Naftal. Ce qui en soit une relance de la concurrence et la réduction du monopole sur les produits pétroliers. Sauf que, cette fois-ci, la tarification ne sera pas distinctive, mais sera unifiée entre tous les opérateurs. Selon le ministre de la Communication, ces mesures n’auront pas d’impact sur les prix à la pompe de l’essence, du gasoil ou autres. Le conseil du gouvernement a enfin adopté le statut particulier applicable aux fonctionnaires appartenant au corps des inspecteurs du tourisme. Au jour d’aujourd’hui, 11 statuts particuliers de la fonction publique ont été déjà approuvés par le gouvernement. Le chef de l’Exécutif a invité les secteurs restants à parachever les projets et a mis l’accent sur la nécessité d’accélérer le rythme des adoptions de tous les statuts particuliers. S. Illoul & A. Tilioua
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)