Algérie

Boubekeur Benbouzid l?a annoncé hier

Une réforme du bac en chantier Je suis celui qui veut détecter la bonne fréquence. C?est quelque chose qu?il est difficile d?obtenir dès le premier coup. » C?est en ces termes que le ministre de l?Education nationale, Boubekeur Benbouzid, explique les « ajustements » qu?il compte apporter dans la réforme scolaire. Lors d?une réunion regroupant les membres de la commission nationale des programmes, tenue hier au siège de son ministère, M. Benbouzid a annoncé une « réforme du baccalauréat » qui devra être examinée cet été en Conseil des ministres. « Le bac peut être comparé à une élection présidentielle qui dure quatre jours. Je veux que les élèves arrivent plus aguerris à cet examen », confie M. Benbouzid en marge de la rencontre de la commission des programmes. Il prévoit une batterie de mesures pour, dit-il, améliorer le fonctionnement de cet important examen. Au menu des changements qu?il compte opérer figurent notamment « les épreuves anticipées » qui auraient lieu en deuxième année secondaire. Mais pour l?heure, à entendre les propos du ministre, la réforme du bac est encore au stade embryonnaire. « Il y a de nombreuses mesures en discussion », note-t-il, sans donner plus de précisions. Il confie que « l?organisation du baccalauréat en Algérie est un véritable calvaire ». Le ministre de l?Education se dit néanmoins « fier » du niveau du bac algérien. Au chapitre des « réglages » entamés dans les programmes scolaires, M. Benbouzid précise que les programmes conçus dans le cadre de la réforme scolaire ne sont pas mauvais. « Je tiens à souligner que les programmes qui ont été élaborés sont très bons. Lorsque j?ai rencontré les représentants des élèves grévistes, ils m?ont dit que c?étaient des programmes destinés aux pays développés », glisse-t-il. Le département de l?éducation prévoit ainsi d?effectuer des « allégements » des programmes. A partir de l?année prochaine, les horaires de certaines matières seront « compressés » de manière à laisser aux élèves le temps de « respirer ». Les matières non essentielles seront, indique M. Benbouzid, effacées de certains programmes. A la relecture des manuels scolaires, indique-t-il, toutes les erreurs ont été recensées. Elles disparaîtront totalement, selon lui, « d?ici un ou deux ans ». Pour résoudre le problème des cartables lourds, le ministre de l?Education pense avoir trouvé la panacée. Il propose de mettre en place dans les écoles des « casiers à l?américaine ». Un budget a déjà été mobilisé à cet effet. La tâche ne semble pas aisée : plus de 18 000 écoles primaires (comptant près de 4,5 millions d?élèves) doivent être équipées. Et pour affiner la réforme scolaire, le ministre de l?Education a demandé l?aide d?experts canadiens. M. Benbouzid a enjoint aux élaborateurs des programmes de s?approcher des enseignants pour cerner leurs « difficultés ». Et aux sceptiques quant à la réforme scolaire, il recommande de garder patience. « Les fruits d?une réforme scolaire ne sont visibles qu?à très long terme. » Et d?ajouter : « Aidez-nous aussi avec votre silence. »
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)