Algérie

Blida CHU Frantz Fanon : premiers cours sur la neuroendoscopie


C'est au service de neurochirurgie que les premiers cours africains de neuroendoscopie ont été lancés, vendredi, par M. Amar Tou, le ministre de la Santé et de la population. Ces cours, qui dureront 3 jours, du 21 au 23 mars 2008, ont été organisés par le service de neurochirurgie du CHU Frantz Fanon de Blida et sont destinés à démontrer la maîtrise de cette technique par les Algériens et à échanger les expériences avec des spécialistes africains. En effet, ils sont une cinquantaine, du Maroc, de Tunisie, d'Egypte, du Burkina Faso et du Cameroun à avoir effectué le déplacement et se sont dits très intéressés par ce qui se fait en Algérie, et plus particulièrement à Blida, par le Pr Bouyoussef et son équipe. La neuroendoscopie est une technique de pointe qui consiste à effectuer des opérations du cerveau qui sont très délicates, en utilisant une sonde reliée à une caméra miniature que le chirurgien fait entrer dans le crâne du malade par une petite ouverture pratiquée dans la boîte crânienne. Il peut ainsi faire toutes sortes de manoeuvres et d'opérations sans avoir à les pratiquer manuellement. D'ailleurs, cette première journée a été réservée à une neuroendoscopie pratiquée sur un bébé de 12 mois en live et suivie par tous les participants sur de grands écrans qui retransmettaient l'opération en même temps que les explications du professeur. Cette endoscopie, qui a duré près de quatre heures, a permis l'extraction d'un gros kyste qui se trouvait dans le cerveau du bébé et qui aurait pu lui causer de graves lésions cérébrales. D'autres opérations du genre ont été aussi pratiquées en live et ont eu pour sujet le rachis et celles effectuées ensuite concernent la base du cerveau (hypophyse). Parmi les buts assignés à ces cours, il y a bien entendu l'amélioration de la pratique et son apprentissage à d'autres spécialistes pour généraliser sa pratique, mais aussi inciter les pays africains à signer des conventions avec le CHU Frantz Fanon pour ce genre d'opérations, ce qui leur permettra un gain de temps et d'argent appréciable. Ainsi, l'Algérie est en passe de détenir un savoir-faire certain dans le domaine médical grâce à des spécialistes qui ne ménagent aucun effort pour se spécialiser dans les technologies de pointe, surtout que l'Etat algérien suit une politique de santé qui lui permettra à moyen terme, de développer des services performants surtout avec le matériel sophistiqué qu'il a acquis et les infrastructures de base qui sont réalisées un peu partout, à l'image d'ailleurs de l'institut du rein à Blida, du centre anti-cancer et du complexe des urgences qui seront bientôt réceptionnés et qui ont reçu la visite, ce vendredi, du ministre de la Santé. Ce dernier a d'ailleurs affirmé, que son département ministériel a programmé le lancement imminent d'infrastructures nouvelles dans la wilaya d'Alger : un hôpital pédiatrique, un institut du coeur et un hôpital pour grands brûlés.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)