Algérie - Revue de Presse

Blida



Agence foncière ou financière ? Six mois sans salaire et bénéficiant d?avances sur salaire pour les deux derniers mois, tel est le sort d?un cadre dirigeant employé comme directeur financier (DAF) à l?Agence foncière de gestion et de régulation foncière urbaine de la wilaya de Blida pour l?unité de Boufarik. « Le préjudice est immense d?autant que les correspondances adressées au wali depuis le 27 septembre et une autre au ministère de l?Intérieur ainsi que celle déposée chez le procureur de la République près le tribunal de Boufarik au début du mois de novembre de l?année écoulée demeurent sans suite. » Les torts subis ne relèvent d?aucune faute professionnelle, et l?intéressé continue à travailler de façon méticuleuse, apposant sa signature au bas de documents en relation avec les logements participatifs pour les sinistrés de Boumerdès et Blida ; lui-même peut être qualifié de sinistré depuis la nomination du nouveau directeur de l?agence au mois de mars 2004. Beaucoup de choses avaient été dites et la gestion actuelle de l?agence soulève nombre d?interrogations, notamment avec les travaux de rénovation du siège qui s?étaient élevés à près de 18 millions de dinars pour une superficie réduite et dans un marché de gré à gré, la vente de gré à gré, également, de pas moins de seize lots s?étalant sur une superficie de 2,5 ha à Kef Lahmam, dans la daïra d?Ouled Yaïch, et les travaux de VRD pour 54 logements non soumissionnés. Le comble pour une agence foncière est de louer chez un particulier à raison de 50 000 DA/mois, un espace au premier étage d?un immeuble sans commodité, de stationnement pour servir de siège à l?unité de Boufarik après avoir annulé, malgré une promesse de vente et des avances évaluées à 7,2 millions de dinars, un lotissement formé d?un R+3 à l?entrée de la ville. L?agence foncière, dont le président du conseil d?administration est le wali, nomme cependant, dès mai, un directeur financier, sans avoir mis fin d?une manière officielle à l?exercice du premier nommé, mettant ainsi deux personnes sur le même poste mais réduisant le personnel de près de la moitié, de 30 employés à 17 seulement. Après une confrontation dans le siège de l?inspection du travail, il a été convenu qu?il lui sera versé la totalité de ses salaires jusqu?au 31 décembre de l?année écoulée et que les primes s?y ajouteraient dès leur détermination, mais il sera appris que le nouveau directeur a perçu son dû pendant que le DAF, jusqu?à nouvel ordre, attend toujours.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)