Algérie

Bernard Kouchner au journal Le Monde

«L’UPM c’est l’avenir de l’Europe» Dans une contribution publiée dans le journal du soir Le Monde daté du 11 juillet, le ministre des Affaires étrangères français s’est fait l’exégète de la politique du président Sarkozy, relative à l’Union pour la Méditerranée.Ainsi, il a estimé que l’idée principale de l’UMP est de «réconcilier enfin les deux rives de cette mer, unies et déchirées par mille soubresauts de l’histoire, aujourd’hui confrontées aux mêmes espérances et aux mêmes dangers». Signalant que cette idée n’est pas nouvelle, Kouchner rappellera que, «dès 1995, le processus lancé à Barcelone apportait une première réponse. Ses acquis sont loin d’être négligeables, mais il ne répondait plus aux attentes et donnait l’impression d’avoir été confisqué par les Européens. Près de quinze ans plus tard, l’Europe n’a pas encore pris la mesure de sa rive Sud». Et d’énumérer tous les efforts de la diplomatie française pour relancer le processus autour de l’idée de l’UPM. Après avoir parlé des obstacles des partenaires européens (Espagne, Allemagne), mais aussi la Turquie, il a évoqué les réticences d’Alger: «Il fallut enfin faire partager à tous un projet de paix; c’est ce que je me suis efforcé de faire jour après jour et lors de la réunion du Forum méditerranéen d’Alger, en juin». Pour le ministre français des AE, «pour la première fois de l’histoire de la Méditerranée, une quarantaine de pays de l’Union européenne et de la Méditerranée se rassemblent le 13 juillet, à Paris, au plus haut niveau, représentés par leurs chefs d’Etat ou de gouvernement (...). L’histoire à nouveau s’élance». Citant les possibilités offertes de résoudre enfin les conflits dans la région, Bernard Kouchner en citera essentiellement le Liban et la Palestine. Ne voulant, cependant, pas faire montre de trop d’optimisme, il dira que «rien ne sera fini le 13 juillet au soir. Mais l’Union pour la Méditerranée sera déjà lancée autour de trois principes: une impulsion au plus haut niveau avec des sommets tous les deux ans; un partenariat, avec un secrétariat et une présidence paritaires entre le Nord et le Sud; une priorité aux projets concrets, qu’ils soient écologiques ou éducatifs, qu’ils s’attachent aux entreprises ou à la sécurité, qu’ils visent le dialogue des cultures ou une meilleure gestion des migrations». Concrètement, il pense aussi que l’originalité de cette Union, c’est «la priorité accordée à l’action, aux projets» dont il énumèrera la dépollution de la Méditerranée, le partage des cultures, le plan solaire méditerranéen, l’aide aux PME du Sud à investir en Méditerranée, la synergie de protection civile face aux catastrophes naturelles ou les autoroutes maritimes... Une opinion qui, selon son auteur, demande que tous les acteurs soient «généreux, solidaires, inventifs».   A.B.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)