Algérie

Béchar : Le programme des 790 logements LPL relancé

L'Office de promotion et de gestion immobilière de Béchar (OPGI) vient de relancer la procédure d'un programme de logements composé de 790 unités de type public locatif (LPL) inscrit depuis 2014, mais gelé pour des raisons de gestion, indique l'Office. Interrogée, la directrice de l'OPGI n'a pas voulu incriminer son prédécesseur qui avait, selon elle, probablement sa propre méthode de travail et de gestion.«Toutefois, la procédure a été lancée au niveau du ministère pour une réinscription de ce projet», a-t-elle souligné. Les unités ainsi réalisées par l'Office seront par la suite notifiées aux commissions de daïra concernées dès que le taux physique d'avancement des travaux aura atteint les 60% pour pouvoir entamer l'étude des dossiers en vue de leur attribution aux postulants par voie de préaffectation, nouvelle prérogative des commissions de daïra.
Selon la direction de l'OPGI, l'organisme public vise à relancer tous les programmes d'habitation qui accusent un retard dans la concrétisation, allant de 1 à 2 ans pour atténuer un tant soit peu la forte demande qui s'exprime en matière de logements sociaux. D'autre part, on indique que sur les 952 autres logements publics locatifs à l'arrêt depuis plusieurs mois au niveau de la wilaya, 800 viennent d'être relancés avec, néanmoins, la résiliation de certains marchés conclus auparavant.
D'autres marchés ont cependant été renégociés avec des entreprises réalisatrices qui ont notamment traversé des difficultés financières, argument ayant milité en faveur de ces dernières, reconnaît-on. On souligne avec insistance que l'Office préfère plutôt la voie de la négociation avec une entreprise en bâtiment plutôt que de recourir à la résiliation, sachant qu'une telle extrémité nécessiterait une procédure de relance complexe et lente induisant des surcoûts.
Dans la wilaya de Béchar, on met l'accent sur les principales causes des retards dans les programmes de construction, qui sont liés, en premier lieu, à l'éloignement entre les communes et le chef-lieu de wilaya, les entreprises étant généralement domiciliées au chef-lieu. En outre, sur instruction, les constructions collectives à caractère social sont autorisées exclusivement dans la commune de Béchar, alors que les constructions individuelles sont réservées aux communes éloignées, ce qui engendre, selon l'OPGI, des incidences financières importantes avec des répercussions sur les délais de réception et des retards en matière d'avancement des programmes de l'habitat.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)