Algérie

Barrage de police à risques


De 15h jusque tard dans la soirée du dimanche, un semi-remorque immatriculé dans la wilaya de Béjaïa et chargé de bouteilles de jus de fruit a fait un tour sur lui-même pour venir s?encastrer dans un mur d?une habitation sise à la hauteur du barrage de police au centre hospitalo-universitaire de Annaba. Contraint de s?arrêter en côte abrupte, le chauffeur a perdu le contrôle de son engin à la suite d?une défection de son système de freinage. Il aurait fallu d?un rien pour que cet accident fût à l?origine de mort d?hommes. Il s?agit du énième incident du genre dû à la présence des policiers chargés du contrôle des automobilistes dans les deux sens CHU-Pont blanc ? Pont blanc-CHU. La presse s?est, à maintes reprises, fait l?écho des appréhensions des habitants, notamment les conducteurs des poids lourds et des engins. L?on s?est même interrogé sur l?opportunité d?un barrage de police en ce lieu ayant pour mission le contrôle classique des documents de circulation et de l?état des véhicules. A chaque file de véhicules sommés de s?arrêter pour ce contrôle, les automobilistes, en famille pour la plupart, n?ont d?yeux que pour ces semi- remorques qui les devancent et qui les suivent. Ils savent qu?il suffit d?un rien pour qu?un de ces engins, brinquebalants pour la plupart, les écrase comme fétu de paille. La direction de la sûreté de wilaya a fait la sourde oreille et continue toujours à le faire. Ce dimanche, l?immobilisation du semi-remorque en question a été à l?origine d?une grande perturbation de la circulation routière. L?impatience aidant, plusieurs automobilistes ont été contraints d?effectuer de dangereuses man?uvres pour emprunter des détours. Des ambulances et des voitures, transportant des malades à évacuer vers le service des urgences, ont été bloquées des heures durant dans la file d?attente. Encore une fois, l?incompétence de notre police est mise en évidence. Ses responsables ne sont même pas capables de choisir un lieu stratégique pour lutter contre toutes les formes de criminalité. Ils ont installé un barrage en un lieu emprunté uniquement par les honnêtes gens et par les routiers. Les autres, ceux-là mêmes que les éléments en faction sont censés interpeller ont toute latitude d?emprunter une autre route de leur choix, sans avoir à passer par le contrôle de police, qui les amènerait vers la destination de leur choix.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)