Algérie - Revue de Presse

Barbacha (Béjaïa)


Du bois pour se chauffer Un phénomène assez grave est en train de toucher nos forêts. Il se trouve que des riverains aux massifs boisés du pays n?hésitent plus à s?attaquer à nos espaces boisés pour leurs besoins domestiques par un pillage à grande échelle des arbres et même des jeunes pousses. C?est le cas notamment de la forêt de Kendira, dans la daïra de Barbacha (Béjaïa), qui s?étend sur une superficie de 700 ha et qui a eu à souffrir des incendies durant l?été dernier qui ont ravagé des étendues immenses. Cette forêt fait face aujourd?hui à un autre phénomène qui menace même son existence. Des habitants des hameaux et villages périphériques à cette forêt, et à la faveur du froid hivenal, ne se gênent pas de piller le bois en s?attaquant aux arbres afin de se chauffer, voire cuisiner, au bois. Et pour cause, nombre de ces « pilleurs », qui sont revenus aux traditions d?avant l?avènement de la modernité et des bienfaits du gaz et du fuel, ont à nouveau opté pour ce matériau par économie vu que le prix de la bouteille de gaz butane et du litre du gasoil n?est plus à la portée de leur bourse lorsque ces deux produits sont disponibles. Selon certaines informations, il se trouve des personnes qui ont fait de ce pillage un commerce florissant. Elles ont mis à profit l?absence de gardes champêtres et des services des forêts, et surtout le phénomène d?insécurité générée par le terrorisme, pour s?adonner à ce commerce illicite en opérant de nuit notamment. Une fois la coupe réalisée, ils revendent, le matin venu, le bois à des utilisateurs, chaque jour, plus nombreux, de ce moyen de combustion. D?ailleurs, pour mettre un terme à ce phénomène de déforestation, les élus locaux qui sont intervenus sur les ondes de la radio locale n?ont pas manqué d?interpeller les pouvoirs publics, particulièrement la direction des services des forêts, pour affecter sur place des gardes forestiers pour juguler ce mal. Faute de quoi, la forêt de Kendira court droit vers la catastrophe écologique. La sonnette d?alarme est ainsi tirée.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)