Algérie

Athlétisme

Athlétisme
Les athlètes contrôlés positifs dix ans après les Mondiaux d'Helsinki de 2005, contre lesquels la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) avait entamé des poursuites disciplinaires, doivent être soulagés.L'Agence mondiale antidopage (AMA) est enfin sortie de son silence concernant ces «retestings» d'échantillons : selon elle, en testant à nouveau, en 2015, des échantillons d'athlètes prélevés en 2005 à Helsinki, l'IAAF a surinterprété le nouveau code mondial antidopage. Jusqu'alors, le délai de prescription était de huit ans. Il est passé à dix à l'occasion du nouveau code du 1er janvier 2015, mais cette réforme ne peut s'appliquer de manière rétroactive, juge l'AMA. «Si le délai de prescription de huit ans a expiré avant le 1er janvier 2015, il ne s'étend pas à dix ans sous le nouveau code», a expliqué son porte-parole, Ben Nichols, à AP. Les échantillons de 2005 n'auraient donc plus dû être contrôlés après 2013.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)