Algérie

Assemblée générale des paysans algériens demain

L'Union des paysans algériens de la wilaya de Constantine tiendra demain mardi son assemblée générale au siège de la direction des services agricoles de la wilaya. Cette assemblée générale sera supervisée par des membres du secrétariat national de l'UNPA. Cette assemblée générale intervient presque un mois après la présentation en Conseil des ministres du dossier relatif à la politique agricole, tant attendue par l'UNPA. Sur la base d'un état des lieux mettant en exergue les atouts et les faiblesses du secteur, le rapport sur la politique agricole trace les perspectives de développement à moyen et long termes. Il est prévu d'inscrire ces perspectives dans le cadre de la consolidation des résultats capitalisés par le Plan national de développement agricole et rural (PNDAR), sous réserve d'ajustements fondés sur l'analyse des bilans des dernières années d'application de ce plan. La politique générale agricole à moyen et long termes va reposer sur le renforcement de la sécurité alimentaire du pays en donnant la priorité aux produits alimentaires de base, tels que les blés, le lait, les huiles, la pomme de terre, les légumes secs, les viandes rouges et blanches et les oeufs. Le président de la République avait déclaré à la suite de l'exposé que la question foncière ne doit pas constituer un obstacle à la modernisation et au développement de l'agriculture. En ce sens, il appartient au gouvernement, nonobstant le statut juridique des terres, de se pencher, d'abord, sur le statut de l'exploitation agricole dont il devra définir les contours pour en assurer l'intégrité et la viabilité, et consacrer le statut de l'exploitant agricole pour en fixer les droits, mais aussi les obligations vis-à-vis de la collectivité nationale. Selon le chef de l'Etat, le secteur agricole se doit de relever le défi de la modernisation à travers le remembrement des terres agricoles pour créer des exploitations viables, la mécanisation des exploitations et la fertilisation du sol, la maîtrise des itinéraires techniques de production et des actions de formation et de recherche pour améliorer les rendements. Le Conseil de gouvernement a quant à lui endossé, le 12 mars dernier, un avant-projet de loi déterminant le mode d'exploitation des terres agricoles du domaine privé de l'Etat et fixant les droits et obligations des exploitants concessionnaires. L'avant-projet de loi a pour objet d'apporter les solutions appropriées aux problèmes et contraintes rencontrés au niveau du mode d'exploitation et de gestion des terres agricoles du domaine privé de l'Etat constituées d'exploitations agricoles collectives et individuelles (EAC-EAI), conformément à la loi de décembre 1987. Ainsi, outre la préservation de la vocation agricole des exploitations du domaine privé de l'Etat considérées, les dispositions nouvelles contenues dans l'avant-projet de loi visent, notamment, à conforter les agriculteurs dans leur fonction de producteurs en remplaçant le droit de jouissance reconnu aux membres des EAC et EAI par le droit à la concession qui est limité dans le temps, mais renouvelable. En résumé, la législation projetée vise à asseoir des règles de transparence et identifier avec beaucoup de clarté les responsabilités, favoriser l'investissement en vue de moderniser les exploitations agricoles, attribuer les terres du domaine privé de l'Etat à des sociétés civiles d'exploitation agricole qui seront titulaires du droit de concession, et préserver le caractère agricole des exploitations concernées en les préservant contre la parcellisation et la déstructuration.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)