Algérie

Arrestation de personnes impliquées

Criminalité technologique en hausse La brigade de la Gendarmerie nationale de Bouchaoui (Chéraga), wilaya d?Alger, a procédé, ces derniers jours, à l?arrestation de plusieurs personnes, dont des ressortissants étrangers, « impliquées dans des affaires liées à la cybercriminalité ». L?information a été donnée par l?APS qui cite le commandant de la compagnie de la gendarmerie de Chéraga, Aliouette Ezzahi, qui a indiqué que les personnes interpellées sont accusées d?utiliser le réseau Internet pour « la falsification de documents administratifs et de monnaies étrangères ». Trois Algériens ont été arrêtés, dont l?un est spécialisé « dans la falsification de documents officiels, tels les cartes d?identité nationale, les certificats de résidence, les actes de naissance, qu?il sauvegardait dans son adresse électronique (e-mail) pour les revendre par la suite à des Algériens ou à internautes étrangers ». La brigade de la gendarmerie a, en outre, trouvé dans cette boîte électronique « plusieurs fichiers de spécimens de permis de conduire, de récépissé de cartes grises, de certificats de scolarité et de certificats de travail ». Une enquête plus poussée par la même brigade de la gendarmerie a permis l?arrestation d?un autre Algérien qui « falsifiait également des documents officiels en utilisant le réseau Internet ». Le développement d?Internet a entraîné celui d?une nouvelle forme de délinquance qui, en utilisant les nouvelles technologies de l?information et de la communication (NTIC), menace à la fois les individus, les entreprises et les Etats. Les deux années précédentes ont montré une « professionnalisation » des actes de criminalité technologique dans le monde. Cette forme de criminalité est désormais une activité lucrative, bien organisée et plutôt répandue. Le sujet est si important et d?actualité que Boudjemaâ Haïchour, ministre de la Poste et des Technologies de l?information et de la Communication, a annoncé récemment, lors d?une rencontre avec la presse, l?existence d?un projet de loi proposé par le ministère de la Justice relatif à la cybercriminalité (ensemble des infractions pénales qui se commettent sur le réseau Internet). La question de l?adaptation du système judiciaire à la nouvelle forme de délinquance que constitue la cybercriminalité a été abordée à plusieurs reprises. Un délai d?adaptation est nécessaire. Chacun a pris conscience de la réalité de cette délinquance et de la nécessité d?y répondre et de former les magistrats à la cybercriminalité.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)