Algérie

Après s’être introduit par effraction dans une maison, il tente d’abuser d’une femme


Le prévenu condamné à 4 ans de réclusion La cour criminelle d’Oran a condamné le mis en cause G.M. à quatre années de réclusion criminelle pour violation de domicile et attentat à la pudeur. Les faits de cette affaire remontent au mois de janvier de cette année et se sont déroulés dans la localité d’El Hassi. Alors que les propriétaires de la maison dormaient du sommeil du juste, sans se douter du drame qui les attendait, le mis en cause s’introduisit par effraction. La vue de la femme qui dormait tranquillement a éveillé en lui de fortes pulsions, qu’il eut ensuite bien du mal à maîtriser. S’approchant du lit, il tenta d’abuser d’elle, mais cette dernière se réveilla en hurlant. Aussitôt alerté par les cris, son époux accourut pour défendre sa femme et livrer une lutte sans merci à l’intrus. Ce dernier finit par l’assommer avec une barre de fer. Les cris des victimes alerteront les voisins qui viendront en renfort. Le mis en cause n’aura d’autre alternative que de prendre ses jambes à son cou. Les victimes ont déposé, auprès des éléments de la gendarmerie, une plainte appuyée par un certificat médical d’une incapacité de 21 jours présenté par l’époux. Trois jours plus tard, le mari identifiera le prévenu qui déambulait dans le quartier et, ne ratant pas une occasion pareille, il le suivra et réussira à repérer son adresse. Il alertera ensuite les gendarmes qui n’auront aucun mal à appréhender le suspect. Présenté au magistrat instructeur, il sera écroué pour les griefs retenus contre lui. Appelé hier à la barre, le prévenu niera les faits et dira qu’il n’y a aucune preuve le concernant à propos de cette agression. Le juge rétorquera alors à l’intention de l’accusé que « les victimes vous ont formellement reconnu.». Lors de son réquisitoire, le représentant du ministère public requit la peine de dix ans de réclusion criminelle. La défense plaidera non coupable et demandera l’acquittement de son mandant pour manque de preuves. A l’issue des délibérations, le prévenu a été reconnu coupable et condamné à quatre ans de réclusion, bénéficiant des circonstances atténuantes.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)