Algérie

Après l’audition des ministres c’est au tour des walis


Le wali de Chlef convoqué chez le gouvernement Selon le chef du gouvernement, le cycle d’audition des wali sera ouvert dès mardi prochain et le premier responsable à l’être sera celui de la wilaya de Chlef, convoqué à cette audition en présence des membres du gouvernement. Cette approche, une première, arrive à la suite de l’audition des ministres par Abdelaziz Bouteflika, et permet de faire un bilan de l’état d’avancement des projets sectoriels décentralisés, ainsi que de l’exécution des programmes locaux. L’invité au forum de la radio a aussi pris acte des propos très sévères tenus dernièrement par le président de la République devant les cadres de la Nation au sujet des disparités régionales, notamment en Kabylie, et la répartition équitable des projets entre les wilayas pauvres et riches. En effet, après les années de terrorisme et d’instabilité notamment dans la région de Kabylie frappée par les événements du printemps noir, le Premier magistrat du pays a interpellé son chef de gouvernement sur la question épineuse du «régionalisme» qui risque d’ouvrir d’autres plaies ou du moins d’autres brèches entre les différentes régions du pays en matière de développement économique. A ce titre, et tout en rappelant que «l’Etat a engagé un programme colossal qui s’appuie sur 150 milliards de dollars», M. Belkhadem signalera que «des wilayas, abandonnées à leur propre sort, nécessitent en urgence des rattrapages pour réduire les disparités». En plus de l’audition des premiers responsables locaux, le ministre de l’Intérieur entamera, a-t-il soutenu, dans le même sens, des visites sur le terrain pour suivre de près l’avancement des travaux et l’application des programmes de développement locaux. Pour permettre une meilleure visibilité au niveau local, notamment à l’approche des importantes échéances électorales, le SG du FLN a insisté sur la nécessité de mettre sur la balance des critères devant définir le profil du candidat aux assemblées élues. Ensuite, il faudrait, a-t-il souligné, mettre en adéquation cette nécessité de performance et de contrôle légal par la population. En revalorisant la fonction de contrôle -qu’elle soit administrative, populaire, parlementaire, financière ou judiciaire-, le député ou le sénateur, a soutenu M. Belkhadem, à travers sa présence sur le terrain et l’ouverture des permanences, devra permettre à l’avenir cette interaction entre le collège électoral et les aspirations des populations.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)