Algérie

20 ans de prison et une relaxe



Dans son audience d'hier, le tribunal criminel de Constantine a statué sur une affaire de soutien au terrorisme, dans laquelle quatre personnes sont impliquées. Selon l'arrêt de renvoi, au mois de septembre 2007, la police judiciaire, et après une longue surveillance, s'est présentée au domicile de la famille de l'un des mis en cause, H.Boubeker, 26 ans, pour arrêter R.Rafik, 21 ans, H.Okba, 22 ans, un ancien repenti, et frère du premier suspect, et B.Yacine, 23 ans, qui étaient soupçonnés de se trouver dans ce domicile. Toujours selon l'arrêt de renvoi, à cet instant Boubeker s'est mis à crier, à proférer des menaces dans l'intention d'alerter son cadet et ses amis pour qu'ils puissent s'enfuir. Conduit au siège de la sûreté de wilaya, Boubeker a été entendu puis présenté aux autorités judiciaires. Après instruction, H.Boubeker a été mis sous contrôle judiciaire. A la barre, l'accusé a nié ce qui lui était reproché arguant que ce jour-là il venait du Khroub. Il était sur le point d'ouvrir son salon de coiffure, sis à la cité Emir Abdelkader, lorsque les policiers l'ont abordé et lui ont demandé si son frère Okba était à la maison. C'est à la suite de cela qu'il a été arrêté pour obstruction à une enquête. Boubeker précise qu'il n'a pu avoir des nouvelles de son cadet depuis plus d'une année et qu'il n'a aucun lien avec un quelconque groupe terroriste. Le représentant du parquet, après avoir relaté les agissements du mis en cause, a précisé que l'accusé «a des relations avec le groupe, pour preuve, il a été suivi par les services chargés de ce dossier depuis plus d'une année. Cela ne se fait pas sans raison.» Aussi, il requit 6 ans de prison ferme assortie d'une amende de 500.000 DA. Dans sa plaidoirie, la défense a étalé ce qu'«a enduré son mandant, comme préjudice moral, depuis cette douloureuse histoire». Et de déclarer «il n'a aucune relation avec ces faits navrants. Ce n'est qu'un simple travailleur qui habite loin de sa famille.» Elle demande la relaxe pour son client. Après les délibérations, H.Boubeker a été relaxé. Quant à ses trois autres coaccusés en fuite, ils ont été condamnés à 20 ans de réclusion criminelle par contumace, alors que le représentant du ministère public avait requis la perpétuité.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)