Algérie

Alors que le calme peine à s'installer

Alors que le calme peine à s'installer
Au sujet des événements que connaît la région de Ghardaïa depuis quelque temps, le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaiz, a déclaré, mercredi dernier que "le Gouvernement a mis en place un plan judicieusement ficelé visant la restauration de la sécurité et de l'ordre public dans cette wilaya chère à nos c'urs". Le lendemain, le ministre de l'Energie, Youcef Yousfi, indique que le programme national de développement des énergies renouvelables est entré dans sa phase d'opérations pilotes, notamment avec la mise en service de la centrale photovoltaïque de Ghardaïa. Il est utile de rappeler que dimanche dernier, une marche pacifique de protestation contre "l'absence de sécurité dans la région" et les promesses "non tenues" des pouvoirs publics, ponctuée d'un sit-in devant le siège de la wilaya, ont été organisés à Ghardaïa. Initiée par différentes associations de quartiers et autres représentants de la société civile des ksour du M'zab, cette marche, dont le coup d'envoi a été donné à partir de la place du marché de la ville, a vu la participation de plus de 2.000 personnes, selon les services de police, et de 4.000, selon les organisateurs. Dans une plateforme de revendications, les organisateurs et les acteurs locaux des ksour ont revendiqué "la mise en place d'une commission d'enquête sur les événements de Ghardaïa", "l'application des lois de la République dans leur rigueur, sur l'ensemble des citoyens", "la concrétisation des décisions prises par les hautes instances de l'Etat en matière d'indemnisation, d'aides et de relogement des populations victimes de cette tragédie". Les marcheurs ont exprimé, avant de se disperser dans le calme, "leur engagement et leur mobilisation constante pour la concrétisation de leurs revendications".Une délégation des marcheurs a été reçue par le wali de Ghardaïa, qui a ensuite reçu les membres du conseil "El-Kourti", la plus haute instance en matière sociale, politique et culturelle de la société mozabite. D'ailleurs il est à rappeler que de violentes échauffourées récurrentes avaient secoué depuis le mois de janvier la région de Ghardaïa faisant neuf morts et plusieurs blessés.750 locaux à caractère d'habitation et commercial ont été vandalisés, pillés et incendiés lors de ces événements. C'est ainsi que le Gouvernement a mis en place un plan "bien ficelé" pour Ghardaïa portant "mesures sécuritaires et autres dispositions" visant la restauration de la sécurité dans cette wilaya. Ce plan prévoit des mesures sécuritaires et autres dispositions" qui seront mises en œuvre de façon progressive par les autorités exécutives de la wilaya de Ghardaïa, à leur tête le wali. D'ailleurs, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait déclaré, lors d'une visite d'inspection dans la région, en juin dernier, que la situation dans cette wilaya "est en nette amélioration", précisant que le gouvernement "règlera définitivement le problème par la voie du dialogue et de la concertation en application des instructions du président de la République". Développement des énergies renouvelables dans la régionEt pas plus tard que jeudi dernier, l'Etat montre toute sa volonté à développer cette région en assurant l'entrée en phase d'opérations pilotes pour assurer le programme national de développement des énergies renouvelables. Et c'est ce qui explique la mise en service de la centrale photovoltaïque de Ghardaïa. "La première étape de ce programme portait sur l'élaboration des études et la deuxième étape porte sur des projets pilotes et nous en sommes ici", a déclaré le ministre de l'Energie à la presse à l'issue d'une visite de travail dans la wilaya de Ghardaïa, où il a inauguré une mini-centrale solaire d'une puissance de 1,1 MW, située dans la localité de Oued Nechou à 10 km du chef-lieu de la wilaya. Réalisée sur une superficie de 10 hectares, pour un coût global de près de 900 millions de DA, cette mini-centrale, d'une puissance de 1,1 mégawatts (MW), est dotée de 6.000 panneaux photovoltaïques. Fortement respectueux de l'environnement, ce projet permettra aussi de lancer une dynamique de promotion de la recherche spécialisée en matière de développement des énergies renouvelables et constituera un centre d'expérimentation des nouvelles technologies en matière d'énergie solaire, a affirmé le ministre. Cette mini-centrale constitue ainsi "un laboratoire naturel" pour les études et recherches en matière d'énergie solaire, mais également du matériel utilisé, afin de propager cette technologie à travers le territoire national. L'installation permettra le renforcement de la sécurité d'approvisionnement en énergie électrique de la clientèle domestique et industrielle de la wilaya et, par conséquent, contribuera à l'amélioration de la qualité des prestations. "Le programme national de développement des énergies renouvelables est en marche, et nous allons même l'accélérer, car nous allons installer dès cette année une vingtaine de centrales solaires d'une puissance globale de près de 400 MW", a conclu le ministre, exprimant son souhait de voir "un grand nombre de ces centrales opérationnel d'ici fin 2014.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)