Algérie - Revue de Presse

Aïn Témouchent



De maigres moissons Hormis les méchantes gelées qui sévissent depuis plus d?une semaine, la campagne agricole a démarré sous de bons auspices pour 2004, soit 181 mm de précipitations contre 168,6 à la même période ; des précipitations au demeurant bien réparties même si elles ont quelque peu retardé les semis. Selon les prévisions arrêtées par la DSA, ceux-ci vont concerner 104 800 ha dont 20 200 en zone d?intensification et 17 600 en zone intermédiaire, ce qui signifie que 64% de la superficie consacrée aux céréales ne bénéficient pas du soutien au titre du FNDA dans la mesure où leur productivité est reconnue faible. Ce constat soulève encore une fois la question de savoir pourquoi les agriculteurs n?ont pas opté pour la reconversion des cultures en faveur d?autres spéculations qui, elles, sont éligibles au soutien du FNDRA. Par ailleurs, si les rendements vont être encore une fois faibles, lors des récoltes, ce ne sera pas seulement du seul fait que l?essentiel de la sole consacrée aux céréales est constituée de terres marginales. En effet, il apparaît, une fois encore, que les quantités de semences traitées que les agriculteurs ont enlevées auprès des CCLS, soit un total 20 603 q, demeurent toujours faibles par rapport à la surface à emblaver, ce qui signifie qu?ils vont recourir à des semences inappropriées. Pour des observateurs attentifs du monde agricole, il apparaît que ce n?est pas le dispositif du FNDRA ni le PNDA dont il est l?outil de réalisation qui sont en soi peu stimulants. En effet, il devient de plus en plus évident que c?est le système coopératif, relatif au droit de jouissance sur les terres publiques, qui constitue le principal frein, ce qui a généré et chez l?administration et chez les « coopérateurs », une gestion biaisée du secteur. A cet égard, la réalité du terrain révèle que le système coopératif a été vidé de sa substance puisque les terres des EAC ne sont pas travaillées collectivement et qu?elles ont été parcellisées entre les attributaires. C?est ce qui explique en grande partie les difficultés que rencontre en particulier une céréaliculture non performante.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)