Algérie

Aïn Delfa

La culture, le parent pauvre Les membres de la commission de l?éducation et de la culture au sein de l?APW de Aïn Defla ont dressé, dans un rapport exposé devant l?assemblée qui tient actuellement ses travaux, un constat amer du secteur lequel est qualifié de parent pauvre. En effet, les membres de la commission ont d?abord passé en revue les noms d?intellectuels et d?artistes originaires de la wilaya et dont s?enorgueillit la région, à l?image de Djilali Khallas (écrivain), Mohamed Bensmaïli (historien), Mahfoud Sahrane (poète), N. Gadouma (artiste peintre)... avant de relever le déficit flagrant en infrastructures à caractère culturel lesquelles, selon la même source, se comptent sur les doigts d?une main. Cette situation, ajouteront les membres de la commission, prévaut au moment où il existe à travers la wilaya 12 centres culturels, dont la plupart sont gérés par les communes et souffrent d?insuffisances en matière d?équipement. Le même constat est valable pour les salles de cinéma non fonctionnelles et les bibliothèques quasi inexistantes. Poursuivant, les membres de la commission ont par ailleurs regretté que la wilaya de Aïn Defla, laquelle s?est distinguée depuis 1988 à nos jours par l?organisation de festivals d?envergure nationale, n?a pu poursuivre ses efforts, et beaucoup de ses festivals sont restés à leur première édition, faute de soutien financier. A ce propos, on notera dans le rapport que Aïn Defla est boudée par le ministère de la Culture depuis longtemps, lequel n?a jamais daigné honorer ou parrainer des manifestations culturelles organisées dans cette wilaya. Profitant de la présence des membres de l?APW, le porte-parole de la commission invitera la direction de la culture à demander de la tutelle une subvention conséquente afin d?assurer un décollage au secteur. Rappelant l?acquisition prochaine d?une maison de la culture et d?une bibliothèque situées au chef-lieu de wilaya, deux structures importantes en voie d?achèvement, les membres de la commission feront remarquer qu?il s?agit de toucher l?ensemble des 36 communes que compte la wilaya, ajoutant que cela ne peut se réaliser sans un budget et une stratégie bien définis que la direction devrait mettre en place. Il reste qu?à moins de vouloir être sous les feux de la rampe, d?aucuns estiment que la présence d?officiels de haut niveau dans les manifestations culturelles ne traduit en rien des signes de grandeur dans ce domaine quand il existe des structures et des talents du terroir à même de promouvoir l?acte culturel.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)