Algérie - Revue de Presse

Aîcha Haddad. artiste-peintre


Emouvant hommage posthume Dans son allocution d?ouverture, le secrétaire général de l?UNAC, Abdelhamid Arroussi, a affirmé qu?outre la compétence plastique et la sensibilité artistique de la défunte, cette dernière savait bien exprimer dans ses ?uvres ce qu?elle ressent. Elle avait de grandes qualités, dont la générosité, l?amitié et la solidarité. « Elle portait en elle toutes les caractéristiques d?une artiste accomplie ». Pour leur part, les artistes présents ont également témoigné des qualités artistiques, intellectuelles et humaines de Aïcha Haddad qui s?est investie corps et âme dans l?art et dans l?enseignement qu?elle avait choisis par vocation. Le peintre Talbi Akacha a révélé qu?elle encourageait toutes les initiatives, donnait le meilleur d?elle-même à l?enseignement et organisait des rencontres sur l?art, pour débattre de la manière de l?enseigner. Abondant dans le même sens, le plasticien Noureddine Chegrane a tenu à rappeler le riche parcours artistique de Aïcha Haddad. « Elle a, dit-il, touché à toutes les techniques, notamment la miniature, les natures mortes, les paysages puis vers la fin de sa vie, le symbolisme. Elle travaillait beaucoup et ses ?uvres sont d?une haute facture artistique et esthétique ». Elle a par la suite énuméré les innombrables qualités. Pour rappel, après des études au sein de la société des Beaux-arts d?Alger, Aïcha Haddad a occupé, de 1966 à 1983, le poste de professeur de dessin au lycée Omar Racim d?Alger. Ses anciennes élèves gardent d?elle le souvenir d?une femme réservée mais d?une grande générosité. Par la suite, elle a été promue inspectrice d?arts plastiques dans l?éducation nationale. Sa qualité d?éducatrice lui a permis, justement, de maîtriser avec art les diverses techniques de la peinture et les différents genres. Sa première exposition de peinture remonte à 1972 à l?ex-galerie des Quatre colonnes. Parallèlement à son métier, Aïcha Haddad est attirée par l?art contemporain. Elle effectue des recherches dans le domaine des arts plastiques tout en restant attachée au patrimoine national. Ayant exposé un peu partout en Algérie et à travers le monde, la défunte a décroché plusieurs distinctions, dont la médaille d?or en 1975 lors du Festival des peintres arabes au Koweït, la médaille de l?Unesco reçue en 1997 des mains de Federici Mayor, la Médaille du mérite en 1999 (ministère de la Culture et de la Communication). La regrettée a été honorée par l?Etablissement arts et culture de la ville d?Alger qui a institué, en 2003, un prix portant son nom et destiné à récompenser la meilleure peinture féminine. Sa dernière exposition, qui remonte à quelques mois de son décès, a été consacrée à la miniature, la discipline à laquelle elle a donné une empreinte personnalisée.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)