Algérie - Revue de Presse

Affaire de l'emblème national : 17 personnes condamnées et 16 autres relaxées

La cour d'appel de Annaba a prononcé, dimanche dans la nuit, son verdict dans l'affaire des émeutes du logement ayant secoué en juin dernier la localité de Sidi Salem, commune d'El Bouni, wilaya de Annaba. Ainsi, 16 détenus ont bénéficié d'un acquittement, tandis que 17 autres ont écopé de 6 mois à 4 ans de prison ferme, soit un verdict nettement moins sévère que celui énoncé en première instance par le tribunal d'El Hadjar avec des peines allant de 2 à 8 ans de prison ferme assorties d'une amende de 1 million de dinars pour chacun. Les mis en cause sont poursuivis pour divers chefs d'inculpation dont « atteinte à l'emblème national », « déploiement du drapeau français », « attroupement non autorisé » et « offense à corps constitué ».Les émeutes du logement étaient, en fait, prévisibles depuis que le wali de Annaba, Mohamed El Ghazi, avait été accueilli, lors de la cérémonie d'ouverture de la saison estivale 2010, à partir de Sidi Salem, avec une banderole où il était écrit « Assez des promesses non tenues » « Sidi Salem, le plus ancien des quartiers de Annaba ». La colère des habitants de Sidi Salem, notamment ceux logeant dans ce qui reste du sinistre quartier SAS de l'ère coloniale, avait monté d'un cran en contestant le choix de deux sites de Boukhadra et de Bouzaroura devant accueillir un programme de 2000 logements sociaux locatifs qui leur est destiné. « Nous demandons que ce programme soit délocalisé et réalisé à Sidi Salem ou bien il faudra nous attribuer des logements qui sont disponibles au niveau du nouveau pôle universitaire d'El Bouni. »La radicalisation des revendications des habitants a donné lieu aux émeutes et à des scènes de destruction de biens publics et d'affrontements entre policiers et manifestants. Plus d'une quarantaine de personnes furent arrêtées et même certaines d'entre elles en dehors de la zone de turbulences. Des parents de détenus sont allés jusqu'à parler de dépassements et autres provocations à l'origine de l'éclatement de ces émeutes qui doivent servir d'exemple aux pouvoirs publics et élus à mieux développer la communication avec les administrés.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)