Algérie

Accord de paix au Mali

Accord de paix au Mali
Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a salué dimanche le rôle de la médiation algérienne dans le processus de paix malien, soulignant que la France va aider à la mise en oeuvre de l'accord de paix signé la veille à Bamako par le gouvernement malien et la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA)."Il y a eu un long travail de fait sous la médiation algérienne qu'il faut saluer ici", a ajouté M. Le Drian. "L'accord qui a été signé hier c'est un accord historique (...) Il fallait signer la paix", a souligné le ministre sur la radio Europe 1.La CMA a signé samedi à Bamako l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger. L'Accord de paix et de réconciliation au Mali a été signé le 15 mai dernier par le gouvernement malien, les groupes armés dits de la Plateforme et par l'équipe de la médiation internationale conduite par l'Algérie.Un relevé de conclusions des négociations autour de l'application de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali et un document contenant des arrangements sécuritaires au Nord du pays ont été signés le 5 juin à Alger par les parties prenantes au dialogue malien.Pour une mise en oeuvre effective de cet accord, il a été convenu de constituer un Comité international de suivi de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger. Ce comité a été installé à Bamako et sera présidé par l'Algérie.Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra avait indiqué récemment que dès l'instant où l'accord sera signé, la médiation internationale dans les négociations inter-maliennes, dont l'Algérie est le chef de fil, se transformera en Comité de suivi.L'accord, négocié à Alger, constitue une étape décisive dans la voie de la paix et de la réconciliation au Mali. Dans ses aspects politique et institutionnel, l'accord prévoit un changement dans la réorganisation du territoire, avec une administration locale comme principe de gestion des collectivités pour atteindre l'objectif d'un Etat plus proche des citoyens, avec davantage de décisions qui seront prises à l'échelon local dans le cadre du transfert des compétences de l'Etat central vers les régions.Ces dernières seront dotées d'une assemblée régionale et bénéficieront d'un très large transfert des ressources, jouiront des pouvoirs juridiques, administratifs et financiers appropriés, selon le texte. La question de défense et de sécurité s'attelle à unifier l'armée sur tout le territoire, avec le processus de démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR). Il aura comme préalable le cantonnement des groupes dont la Minusma sera le maître d'£uvre afin de recenser les combattants éligibles au programme DDR.Les programmes de développement économique et social, la réconciliationà tout est prévu dans le document pour ramener les régions du Nord du Mali à un niveau développement.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)