Algérie

A quinze jours de la fête du sacrifice


Le mouton que l’on disait malade, reprend du poil de la bête A quinze jours de la fête du sacrifice, le marché des bestiaux est déjà pris de fièvre. Le mouton que l’on disait malade, mal en point et que certains fuyaient, reprend du poil de la bête au point de disputer la vedette aux évènements nationaux et internationaux. Pour preuve, le marché des bes-tiaux de Haï Essalam, ex Saint Hubert, était hier le point de ralliement des maquignons en provenance d’El-Bayadh, de Méchéria, de Ghardaya, Tiaret et Djelfa notamment. Selon des sources, l’arrivée des éleveurs des autres wilayas est attendue pour samedi prochain. Lors d’une tournée au marché de Haï Essalam, nous avons pu constater que la tangue bleue qui a donné des sueurs froides aux éleveurs et aux Algériens de façon générale, n’est plus qu’un mauvais souvenir.Avec les importantes précipitations atmosphériques et la sensible baisse de la température, la maladie a disparu de pratiquement tout le territoire national. Question prix, de beaux béliers en provenance de Bougtoub et Kef Lahmar dans la wilaya d’El-Bayadh étaient proposés entre 16 et 18000 dinars l’unité. Prié de dire quelle quantité de viande nette on peut tirer du mouton proposé à 18000 dinars, un maquignon assure «Entre 25 et 27 kg, les tripes et bouzellouf non compris». Il y avait aussi moins cher puisque certaines bêtes non moins valables pour les sacrifice, étaient proposées 12.500 DA. Pour justifier ces prix, un éleveur de Sidi Chami déclare «Lorsque l’orge nous est vendue 2200 à 2400 dinars le quintal, le son à 2000 et l’avoine à 900, ces prix peuvent être considérés comme raisonnables pour tout le monde». A Sidi Chami justement, des éleveurs se plaignent de l’absence d’un cadre pour réguler et encourager l’élevage ovin. A ce sujet, un autre éleveur confie «Les autorités locales ne veulent pas comprendre que la zone de Sidi Chami est à vocation agropastorale et ne font rien pour nous aider. Ceci se répercute inévitablement sur notre activité et sur les prix». Toujours dans ce même marché, sur les 26 enclos gérés par l’administration, 20 ont déjà été donnés en location à des éleveurs en provenance de diverses wilayas. Concernant le dispositif mis en place à l’occasion d’Aïd El-Adha par les services vétérinaires et l’administration et en l’absence des responsables, nos interlocuteurs n’ont pu répondre à nos questions. Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)