Algérie

A l'approche du procès des émeutiers Appréhensions et craintes à Gdyel



Le procès des auteurs présumés des troubles qu'a connus mardi dernier la commune de Gdyel à l'est de la wilaya d'Oran, devra se tenir au niveau du tribunal de la même localité, soit lundi ou mercredi prochains, a-t-on appris hier auprès de source judiciaire. Les mis en cause, au nombre de 49, sont poursuivis pour les chefs d'accusation d'attroupement, incendie volontaire et destruction de biens d'autrui, précise-t-on de même source. Ils avaient, pour rappel, été entendus jeudi dernier par le procureur de la République du dit tribunal, qui a placé 44 d'entre eux, dont 9 mineurs, sous mandat de dépôt, alors que 5 autres ont bénéficié de la citation directe. A noter que le tribunal de Gdyel, qui a été le plus touché par la destruction lors de ces émeutes, enregistrées depuis mardi dernier, connaît actuellement des travaux de remise en état, avec une cadence assez soutenue dans le but de le rendre opérationnel dans les plus brefs délais et pour qu'il puisse abriter le procès des émeutiers. Par ailleurs, les travaux de réhabilitation du bureau de poste et du centre payeur CNAS se poursuivent toujours, même si leur achèvement semble nécessiter un peu plus de temps. A Gdyel, la situation semble toujours aussi tendue et les violences peuvent reprendre à n'importe quel moment, comme en témoignent les derniers attroupements enregistrés avant-hier soir, aux environs de 21h, même si selon nos sources, le calme a été rétabli assez rapidement, grâce notamment à l'intervention rapide et efficace des forces de l'ordre, qui ont fini, au bout de quelque dizaines de minutes, par disperser la poignée de jeunes qui s'était rassemblée au niveau de l'avenue ou se situent le tribunal et la poste, deux édifices ciblés par les émeutes de mardi dernier. Beaucoup d'habitants de Gdyel appréhendent le pire avec l'approche du procès des 49 mis en cause dans les émeutes de mardi, alors que le sort des 18 autres personnes interpellées jeudi n'a pas encore été tranché.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)