Vues : 565

Cet artiste qu’on appelle « Nounou »

Ils regardent autours d’eux et prêtent attention à chaque détail qui les entoure. Ils fixent l’instant et expriment l’invisible. Leurs idées sont riches et leur imagination fertile. Ils sont observateurs et explorateurs à la quête de mystères. Ils s’adressent à la sensibilité et au sens de chacun. Ils représentent l’homme libre par excellence, ils sont artistes.

   

Son tempérament flegmatique démontre un certain intérêt porté à l’égard des éléments de la société mais aussi des phénomènes d’une vie.

Monsieur Noureddine Benhamed est un jeune peintre de 29ans diplômé de l’école régionale des beaux-arts d’Oran.

« La peinture est un combat. Elle est venue à moi à l’âge de 12ans », dit-il.

Tout comme Nicolas de Staël ou Mark Rothko, ses œuvres à lui sont forts, beaux et très poétiques. Sa préoccupation majeure est l’esthétique qu’il met en avant dans l’intégralité de ses œuvres. Artiste perfectionniste, il tente de combiner au mieux les formes et les couleurs pour aboutir à une beauté ainsi qu’une harmonie que le public remarquera sûrement.

 

 

Là où les mots se taisent, le 3e art apparait. C’est un mode d’expression qui varie selon les approches, les désirs et besoins de tout artiste. Noureddine, quant à lui, a opté pour l’expressionnisme abstrait et l’art pictural oriental.

Toute grande découverte nait d’un hasard. Plusieurs mouvements artistiques sont nés d’une coïncidence et c’est ce qu’il a partagé : « Dans la peinture ce qui est bien c’est l’imprévu ». Une fois le thème sélectionné, il peint en laissant libre cours à son imagination et demeure en perpétuel contacte avec sa toile qui deviendra un interlocuteur renvoyant toutes sortes d’émotions.

« Je n’expose pas juste pour exposer, je dois être convaincu de mon œuvre pour la partager », n’a-t-il cessé de déclarer.

Certes, un réel travail est derrière l’aboutissement de n’importe quelle merveille digne de ce nom. Le travail définit l’artiste, c’est alors que son œuvre aura le mérite d’être vénérée en ayant touché un nombre précis de spectateurs.

  

Adorateur de la culture et des arts, il ne s’est pas uniquement arrêté à la peinture mais exerce aussi dans le cinéma où il a participé avec brio à de nombreux films. Responsable de divers court-métrages, Noureddine trouve son refuge et voit dans cet art un moyen d’exprimer ce qui ne peut pas l’être à travers une toile.

Membre de l’association « La Grande Maison » et Animateur culturel à la maison de la culture de Tlemcen, il se porte garant pour toute activité offrant aux jeunes une possibilité de s’informer, d’apprendre et d’être réceptifs à ce que l’art peut apporter.

Sa récente exposition « Le rectangle vertical » est un rappel à ce qu’est le monde, un enchainement d’aventures, d’évènements, d’expériences. Une répétition constante du temps, des faits, des saisons et des sentiments. L’exposition se tiendra jusqu’au 14 octobre 2013.

Il se prononce : « Je travaille et produis selon ma réflexion ».

Une réflexion alimentée par une volonté et une curiosité foisonnantes. Une inspiration qui surgit d’une analyse concise de ce qui environne l’artiste, ce qui amènera à une impressionnante éclosion de chefs-d’œuvre.

 

           

Reportage photo : Taleb Bendiab Saad Allah

Texte : Merad Boudia


Cette rubrique est entièrement consacrée à Noureddine Benhamed Si vous possédez des informations ou des commentaires sur ce sujet, n'hésitez pas à les partager avec les autres internautes. Cet espace d'information est ouvert à la libre expression, mais dans le sens positif du terme. Nous vous remercions pour votre participation.



Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)