Alger - Revue de Presse

Tome II des mémoires de Taleb-Ibrahimi

Ce que pensait Boumediène de Bouteflika En 1976, Abdelaziz Bouteflika, alors ministre des Affaires étrangères, voulait proposer à Boumediène la création du poste de vice-président à l?occasion de l?élaboration de la Constitution. Le président Houari Boumediène, selon les révélations de Taleb Ibrahimi dans le second tome de ses mémoires, a refusé cette proposition. Le 14 octobre 1978, le président Houari Boumediène, hospitalisé à Moscou pour un « paratyphoïde B », selon des responsables russes de l?époque, révèle à Ahmed Taleb Ibrahimi des confidences quelque temps avant son décès. Des confidences sur les hommes de pouvoir d?hier et d?aujourd?hui. C?est ce que raconte l?ancien ministre dans le second tome de ses mémoires (prochainement publié chez Casbah éditions) dont El Watan a présenté de larges extraits hier. Des révélations qui restent d?une actualité : comment l?actuel président Abdelaziz Bouteflika, alors ministre des Affaires étrangères, tenait à créer, à l?occasion de la promulgation d?une nouvelle Constitution en 1976, le poste de vice-président. L?histoire semble se répéter si l?on revient avec Taleb Ibrahimi à cette longue discussion nocturne ? « de 22h à 4h du matin » ? avec Houari Boumediène, malade et fatigué, à Moscou, le 14 octobre 1978. Le président Boumediène semblait, raconte dans son nouveau ouvrage Mémoire d?un Algérien, tome 2, La passion de bâtir (1965-1978), plus rassuré sur son état de santé. Les médecins soviétiques ont écarté le diagnostic du cancer de la vessie et il pense même à préparer son retour à Alger pour tuer dans l??uf la rumeur qui gronde autour de son absence. Et dans la nuit moscovite, le président appelle Taleb Ibrahimi pour lui dresser un tableau des membres du Conseil de la révolution. Et là, Houari Boumediène révèle à son ministre : « On a beaucoup épilogué sur mes relations avec Bouteflika. La vérité, c?est que Abdelaziz était un jeune homme inexpérimenté, qui avait besoin d?un mentor, j?ai joué ce rôle. Sans doute m?en veut-il de ne l?avoir pas désigné comme "prince héritier" ainsi qu?il le désirait. En effet, lorsqu?en 1976, j?ai chargé Bedjaoui de préparer un projet de Constitution, ce dernier est venu m?informer d?une demande de Bouteflika relative à l?introduction d?une disposition portant création d?un poste de vice-président, élu en même temps que le Président, sur le même ??ticket?, à la manière américaine. A Bedjaoui qui voulait savoir si cette proposition avait mon agrément, j?ai répondu qu?en tant que juriste, il pourrait proposer autre chose sauf introduire un tel article. » Il semble donc que les rumeurs qui foisonnent à Alger depuis des mois autour d?une même proposition ? ou deal selon d?autres sources ? d?amendement de la Constitution émis par le président Bouteflika rejoignent un ancien désir du locataire d?El Mouradia. D?ailleurs, avant même que le président Bouteflika lance son idée de révision constitutionnelle en 2007, il avait déjà déclaré critiquer la loi fondamentale de 1996. A ses yeux, la Constitution actuelle ne garantit pas le principe de la séparation des pouvoirs, ne permet pas de mettre fin aux interférences entre les prérogatives des institutions ainsi qu?à l?amalgame entre le régime parlementaire et le régime présidentiel. Mais depuis plusieurs mois, à part les appareils satellitaires du régime, aucune confirmation officielle d?une révision constitutionnelle n?est venue dissiper l?incertitude qui plombe tout un pays. Une partie de l?opinion doute des mobiles du chef de l?Etat, interprétant son désir de révision constitutionnelle comme un arrimage de la loi fondamentale à ses propres volontés de rester au pouvoir. Un groupe d?intellectuels, journalistes, militants de la société civile ont créé l?initiative civile pour le respect de la Constitution et lancé un appel qui a recueilli pas moins de six cents signatures. « L?heure est à l?application de la Constitution, pas à sa révision », peut-on lire dans cet appel. Depuis le maintien illégal de l?état d?urgence (en violation de l?article 92 de la Constitution) à l?abus du recours aux ordonnances présidentielles en violation de l?article 124, les cas de non-respect de la loi fondamentale depuis le premier mandat du chef d?Etat sont légion. Ce rappel historique de Taleb Ibrahimi éclaire plus sur les actuelles man?uvres qui se trament sur les hauteurs barbelées d?Alger.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)