Ain-Defla - ASSOCIATIONS ET ORGANISATIONS

Khemis-Miliana - 8 représentants d’associations de quartier chez le wali "Gestion de la Cité"




A l’origine de cette audience demandée par 8 associations de différents quartiers de Khemis-Miliana, ce fut la réunion provoquée par l’APC, le 26 décembre dernier, dans l’intention de porter à la connaissance des représentants de la société civile le programme des opérations inscrites au titre de l’exercice de l’année 2015.

A cette proposition, des voix, rappelons-le, s’étaient élevées pour crier: «Avant de nous parler du programme de l’année à venir, parlez-nous d’abord de ce qui a été fait en 2010, 2011 et 2012», et ce, avant de quitter la salle où s’est tenue la réunion, certains s’étaient même déchaussés et avaient brandi leurs souliers en signe de protestation.

On se rappelle qu’après avoir quitté la salle, des membres de quelque 11 associations se sont regroupés et ont bloqué la circulation sur la RN 4 pour attirer l’attention des hautes autorités sur la situation dans laquelle se débat depuis des années la population de Khemis-Miliana, une situation qui ne cesse de se dégrader, où règne l’anarchie dans la gestion de la ville, une anarchie galopante qui a touché tous les secteurs, hélas.

Pour débloquer la circulation sur l’important axe routier, le chef de daïra a invité les représentants des 11 associations à une réunion cet après-midi-là. La réunion a bien eu lieu et les représentants de la société civile ont exposé clairement les doléances de la population et dénoncé sans complaisance la façon dont sont gérées les affaires de la commune, tout en reconnaissant publiquement les efforts qu’accomplissent seulement quelques élus sur les 23 que compte l’APC.

Certains sont allés même jusqu'à dire «rien ne marchera tant que cette APC se maintient», en ajoutant «nous pouvons faire beaucoup de choses utiles pour améliorer le cadre de vie de la population, vous pouvez nous considérer comme mobilisés».

La liste des faits de gestion dénoncés a été longue et un P-V avait été dressé.

Avant de clôturer la séance, le chef de daïra a promis aux participants que le wali sera informé sans aucune omission du contenu de cette réunion. Les participants avaient quand même sollicité, par l’intermédiaire du président de la séance, une audience du premier responsable de la wilaya.

Promesse avait été tenue et mercredi dernier dans l’après-midi, le wali a reçu en audience les représentants de 8 associations soit 15 membres, et ce, en présence du P/APW.

Selon les informations que nous avons pu obtenir, l’ensemble des doléances a été passé en revue.

Le point le plus important mis en exergue a été celui relatif à la couverture sanitaire de la ville, et notamment l’hôpital de la ville, une structure en préfabriqué qui souffre de vétusté, atteinte par la limite d’âge et qui de plus ne répond plus aux besoins de santé, de plus en plus croissants, inhérents non seulement au développement de la plus grande commune de la wilaya, mais aussi aux demandes des 11 communes de l’est de la wilaya.

A ce sujet, selon nos informations, le chef de l’Exécutif de la wilaya a fait savoir qu’une proposition de remplacement de cet hôpital a été introduite auprès du ministère concerné, proposition retenue selon d’autres sources faisant partie d’un plan de construction de 42 nouveaux hôpitaux sur le territoire national.

De plus, indique-t-on, il a été retenu la construction d’un hôpital de 60 lits à Djendel pour soulager l’hôpital de Khemis-Miliana.

Au sujet des 4 scanners acquis et installés depuis presque 10 ans sans qu’ils deviennent opérationnels par manque de spécialistes en imagerie, on indique qu’une demande d’affectation de 4 radiologues a été introduite toujours auprès du ministère de la Santé.

Aux dernières nouvelles, on a appris que déjà 3 radiologues ont été affectés au niveau de l’hôpital Farès-Yahia de Miliana lesquels radiologues effectueront des consultations à raison d’une journée par semaine dans chacun des 4 hôpitaux concernés.

Pour ce qui est du fonctionnement de la maternité, des instructions ont été données pour une meilleure prise en charge des parturientes.

Par ailleurs, les associations ont fait part au wali de la situation désastreuse qui sévit dans les caves des immeubles, caves non entretenues par les services concernés et qui sont devenues de véritables sources de maladie pour les habitants.

A cette doléance, le wali a assuré qu’il a instruit le directeur de l’OPGI de procéder à un inventaire exhaustif des lieux et qu’une opération allait être engagée sur le budget de la wilaya pour remédier à cette situation.

S’agissant des autres doléances présentées par les représentants de ces associations, à savoir, l’éclairage public souvent défaillant, l’assainissement, le ramassage des ordures ménagères très insuffisant, l’état de la voirie qui a dépassé l’intolérable, il a été fait savoir que l’APC possède, dans le cadre du Plan communal de développement, 21 projets octroyés pour améliorer 9 secteurs du cadre de vie, pour un montant global de 27, 242 milliards de centimes, des projets non lancés dont certains datent non seulement de 2014 mais aussi des années précédentes, faute de délibérations par l’Assemblée communale, qui sont le fondement de toute exécution du budget et qu’aucune partie ne peut ni n’a le droit de se soustraire et sans lesquelles aucune dépense ne peut être engagée.

De ce fait ni le wali, ni le chef de daïra ne peuvent gérer les affaires de la commune à la place de l’Assemblée.

Pour mettre un holà à cette hécatombe dans la gestion de la commune de Khemis-Miliana, il a été décidé qu’une réunion sera tenue entre les différents responsables de la wilaya d’une part, et tous les membres de l’APC, d’autre part.

Pour avoir plus d’informations sur cette situation, nous avons contacté le P/APC dans le but de connaître son point de vue, il nous a promis de nous appeler mais à ce jour aucune invitation, même verbale, ne nous a été adressée, pourtant il y va du devenir de la commune.

Karim O.