Formation professionnelle à Constantine, Les métiers du XXIe siècle



Si l’école algérienne est aujourd’hui un vrai désastre, que dire de ce substitut censé absorber cette masse d’adolescents renvoyés des bancs de l’école trop tôt. Il s’agit des centres et des instituts de formation professionnelle.

À Constantine, ils sont près de 2 014 jeunes, dont l’âge ne dépasse pas les 16 ans à avoir choisi l’option professionnelle, au niveau des différents instituts de formation repartis à travers toute la wilaya.
Ces instituts qui, rappelons-le, dispensent plusieurs spécialités aussi bien techniques qu’artisanales, allant de l’informatique, et la mécanique… à l’hôtellerie, la cuisine ou la pâtisserie.
Un débouché comme un autre pour qui l’école n’était pas une vocation, mais un passage obligé si l’on voulait prétendre à une place dans l’un de ces instituts de formation professionnelle.
Un travail d’investigation nous a permis de conclure que près de la moitié est surexploitée. Ils ne sont, en définitive, qu’un moyen de plus pour des employeurs sans scrupules d’amasser plus d’argent sans en dépenser un sou. Cette nouvelle race qu’on appelle “les négriers du XXIe siècle”  est, entre autres, les restaurateurs, les pâtissiers...  Le procédé est très simple : il suffit de signer un contrat avec l’apprenti et son tuteur, sous la tutelle du centre de formation. Cet employeur censé compléter la formation théorique de son apprenti ne voit en cette convention qu’une source d’enrichissement de plus.
Aussi, nous avons décidé de faire escale dans deux commerces, parmi lesquels on emploie des apprentis pâtissiers. Sous ces bonnes manières plus que surfaites, le patron d’une pâtisserie située dans l’un quartier de la ville nous fait le tour du propriétaire. Cependant, resté sur nos talons, notre interlocuteur nous explique la procédure, dont nous connaissons déjà les rudiments, faisant en sorte que ses employés restent aussi loin que possible de nous.
Un quart d’heure plus tard, on se trouve au niveau de l’avenue Larbi-Ben-M’hidi, dans une boulangerie. Mais à voir le comportement du propriétaire, on aurait presque cru qu’ils se sont donné le mot.
C’est sans compter une pirouette du génie de l’un des jeunes apprentis qui a réussi à nous donner rendez-vous loin de son lieu de travail.
Il s’appelle Youcef et il vient tout juste d’avoir 16 ans. Viré trop tôt de l’école, il a choisi le métier de pâtissier, mais il était loin de se douter de la machine infernale dans laquelle il allait s’embarquer. “Certes, j’aime le métier artisanal, mais travailler 12 heures par jour, 6 jours sur 7, ne faisait pas partie de mon contrat”, dira ce dernier.
Et d’ajouter : “La seule journée de repos pour nous autres… est celle où on est en cours de théorie. Et malheur à vous si vous osez demander une journée de repos. Vous aurez pour unique réponse : si tu veux te reposer, tu n’avais qu’à rester chez toi.”
Pourtant, la réglementation en vigueur interdit formellement aux employeurs d’imposer à leurs apprentis plus de 8 heures de travail. C’est ce qui nous a été confirmé par M. Bensalia, directeur par intérim au niveau de la Direction de la formation professionnelle de la wilaya de Constantine.
Toutefois, ce dernier a précisé qu’un employeur qui s’engage à assurer une formation complète est en droit d’exiger, en contrepartie, que l’apprenti travaille pour lui, moyennant un présalaire préalablement fixé selon la durée de la formation.  Mais là encore, la réalité est tout autre. Rédha, âgé de 17 ans, s’est inscrit au centre de formation professionnelle au mois de septembre dernier. Il travaille de 6h du soir jusqu’à 6h du matin. Soit, mais 12 mois plus tard, il n’a perçu aucune rémunération aussi bien du centre de formation que de la part de l’employeur. 
Une source bien informée nous dira que même si les responsables de la Direction de la formation professionnelle avaient le malheur de rappeler à l’ordre les employeurs indélicats, ces derniers brandissaient la carte du chantage : ne plus prendre en charge d’autres apprentis.  Ils sont des centaines à travers la wilaya de Constantine à subir en silence le diktat de ces esclavagistes. Devant cet état de fait, il faudrait que les pouvoirs publics prennent en charge ce dossier, non d’une manière répressive mais dans une dimension socioéconomique.





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 415066
Posté par : BOUCHARBAT RACHID
Profession : Expert-Formateur dans les emplois et métiers aéroportuaires;la gestion sécuritaire des aéroports et
Ville : DAR ELBEIDA ALGER
Pays : Algérie
Date : 29/12/2019
Message : salam alaikoum,je suis l'unique formateur expert en sûreté de l'aviation civile,la Gestion sécuritaire des aéroports contre le terrorisme aérien,en Algérie,en Afrique et une place honorable dans le monde,formateur dans la protection des points névralgiques aéroportuaires....Formateur des métiers et emplois aéroportuaires:chef d'escale,Agent commercial et agent de passage,assistant piste,assistant péril aviaire,exploitation aérogare.. agent de sûreté des aéroports,agent de sécurité sites sensibles et non sensibles etc...Formateur dans l'ART de l'ACCUEIL dans le tourisme et les métiers des organismes publics et l’Administration Publique...JE SUIS retraité depuis 2013....certifié par l'Etat Algérien et le Département Américain...Formateur des compagnies aériennes étrangères,nationales,Swissport,DHL,UPS etc.. formateur des agents de l'Etat: Douanes,Police,Gendarmerie Nationale.....Formateur des cadres de la SGSIA/Aéroport d'Alger HB....Formateur des PLANS D'URGENCE DES AEROPORTS ...et autres Gestions de crise majeure de sûreté...Formateur des cadres des PORTS...et Droit maritime....je suis disponible pour donner des cours dans un institut.. Ecole privée.. et introduire les METIERS DES AEROPORTS DANS TOUTE ECOLE OU INSTITUT A CONSTANTINE,ALGER,ORAN ET TOUT LE TERRITOIRE NATIONAL....mon adresse mail: 989e4b9488rm@gmail.com-Tel:0553 32 78 26 -Rachid BOUCHARBAT- Remerciements anticipés



Numéro commentaire : 288312
Posté par : benzeggouta yahia
Profession : pâtisserie
Ville : constantine
Pays : Algérie
Date : 09/12/2015
Message : Quel est la durée