Alger - A la une

EXPOSITION DE SOUHILA BELBAHAR À LA GALERIE DAR EL-KENZ


Souhila Belbahar expose ses «œuvres récentes» (titre de l'expo) à la galerie Dar El-Kenz de Chéraga (Alger). Le vernissage de l'exposition est prévu aujourd'hui samedi. Pour le grand public, la galerie est ouverte du 23 avril au 10 mai prochain.
On ne pourrait mieux que Mme Dalila Orfali, conservatrice et directrice du Musée national des beaux-arts d'Alger, parler de l'art de cette grande artiste peintre : «La production abstraite de Souhila ne manquera pas de surprendre, de décontenancer ceux qui aiment en ses bouquets, en ses femmes-pétales, en ses études rupestres… comme une marque de fabrique infaillible, consciente du fait que son geste sciemment rééduqué peut engendrer des questionnements, voire des malentendus, de la part des ses aficionados, la voici comme tenaillée par un besoin de se justifier, de dire encore et encore qu'«ayant atteint un âge certain, mon but est de rajeunir ma peinture». Lors du vernissage d'une exposition de la même artiste à la galerie Mohammed- Racim en 2009, Abdelhamid Arroussi, président de l'UNAC, avait déclaré : «Comment alors ne pas lui rendre hommage, non seulement pour cette façon d'appréhender l'existence avec une telle joie intérieure mais aussi pour les œuvres de qualité qui ont marqué et accompagné le parcours de la peinture algérienne depuis l'indépendance '» Cette année même, Sadek Amine Khodja, historien de l'art, avait écrit dans le catalogue de cette même exposition : «Ses dernières peintures sont un moyen époustouflant de briser l'espace d'un élan fougueux lyrique. Les fragments formels rendus illisibles se chevauchent les uns les autres, choix de techniques judicieusement adoptées, rendant les éléments plastiques indissociables afin de se défaire en quelque sorte de la géométrie et du dessin.» Le dernier mot revient toujours à l'artiste, et Souhila Belbahar a fait cet aveu il y a quelques années : «Tout ce que je suis capable d'exprimer, je ne le fait que par rapport à une réalité intérieure que constitue mon appréhension personnelle du monde. Il s'agit de faire de ma vie l'outil de ma libération.» Outre les expositions en Algérie et à l'étranger, Belbahar a, notamment, illustré des ouvrages littéraires, des cartes pour l'Unicef (2003) ainsi que les timbres «Hommages à nos mères» (1974) et «Année internationale de l'enfance» (1979). En 2000, le Musée national des beaux-arts d'Alger avait abrité une rétrospective des œuvres de Souhila Belbahar. Son titre résume l'art de l'artiste : «Racim mon identité-Delacroix mon maître- Picasso ma liberté.»




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)
X

Notre page facebook