Algérie



Elle prend ses distances avec Bouteflika et critique l'armée : Louisa Hanoune change de ton



Le Parti des travailleurs, dirigé par Louisa Hanoune, n'a jamais manqué un rendez-vous électoral. Hésitante et maintenant le suspense jusqu'à la dernière minute, Louisa Hanoune finit toutefois par se porter candidate à la présidentielle.La politique a horreur du vide, se défend-elle. Aujourd'hui, la secrétaire générale du PT n'a pas dérogé à la règle. Elle refuse de se prononcer sur la présidentielle, car n'ayant pas en sa possession toutes les cartes. Louisa Hanoune, cette femme politique ambitieuse, ayant un sens aigu de la man?uvre, cultive d'un côté la critique en permanence et de l'autre essaye de préserver ses atouts avec les acteurs de l'alternance. Elle provoque, afin de se situer dans une sorte d'équilibre difficile entre ses engagements avec, entre autres, le président Bouteflika et l'institution militaire.
La force du Parti des travailleurs, qui ne pèse pas trop dans les négociations politiques, est, dit-on, dans l'image de Louisa Hanoune qui, ces derniers jours, donne l'impression de naviguer à vue. Elle n'a pas encore les «ressources» d'information habituelles aussi bien de questionnement que de déclaration réelle. Elle s'en prend à chacune de ses sorties au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, auquel elle reproche sa mauvaise gestion et surtout ses choix économiques. Elle cible aussi les oligarques, à leur tête le patron du FCE, Ali Haddad, qu'elle considère comme un marqueur de la présence des forces de l'argent au niveau des cercles de décision.
Seulement, Louisa Hanoune épargne le président Bouteflika, qu'elle soutient contre tous. Elle s'est même distinguée par son opposition à ceux qui revendiquaient, après le 17 avril 2014, l'application de l'article 88 de la Constitution, portant destitution de Bouteflika pour raison de santé.
Elle a défendu le 4e mandat sous prétexte que Bouteflika est légitime, car élu par le peuple. Elle a toujours soutenu l'institution militaire et son chef Gaïd Salah qu'elle a eu l'occasion de rencontrer. Seulement depuis quelques temps, voire des mois, la première dame du PT a changé de ton et elle a surtout pris ses distances par rapport au chef de l'Etat. Elle s'est même adressée directement à Saïd Bouteflika, en sa qualité de conseiller de son frère, confirmant ainsi qu'il a le pouvoir de décision et reconnaissant, en outre, la démission du président Bouteflika. Mieux, elle critique les partisans de la continuité et exprime indirectement son opposition à un 5e mandat, même si elle ne pense pas que Bouteflika va rempiler pour un autre mandat.
Hier encore, Mme Hanoune a en surpris plus d'un en critiquant la dernière sortie du ministère de la Défense nationale (MDN) en réponse à un général à la retraite. Pour la secrétaire générale du PT, le communiqué du MDN ne fait qu'amplifier le flou qui caractérise la scène politique et constitue surtout une incursion étrange dans le débat politique, rajoutant, selon elle, à la confusion et aux congestions déjà étouffantes.
Pourquoi cette inclinaison ' Que signifie cette rupture brusque avec le Président ' Mme Hanoune, qui était au fait de tout ce qui se passe en haut lieu, est aujourd'hui, estime-t-on, mise à l'écart. Le repositionnement de Louisa Hanoune soulève tant de questions. Pour la première dame du PT, l'horizon politique du pays demeure fermé, ce qui fait augmenter l'intox et le flou. La secrétaire générale du Parti des travailleurs estime que seule la convocation du corps électoral pour la prochaine élection présidentielle est à même de «dissiper les incertitudes et les interprétations» quant à la tenue ou pas du scrutin.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)