Algérie - Revue de Presse


ÉLECTORAT RÉPUBLICAIN

Dieu au c?ur du projet politique Il faut dire que 6 Américains sur 10 considèrent que la religion joue un rôle très important dans leur vie. Dans certains Etats du Sud, comme le Mississippi, l?Alabama ou le Texas, fief de l?électorat républicain, la proportion qui démontre fort bien le poids de la spiritualité est visiblement plus grande. Les Etats-Unis se placent donc comme le pays le plus religieux du monde occidental, ce qui explique en quelque sorte la formidable représentation de cet arsenal dont dispose l?Administration actuelle du président Bush : la domination républicaine sur la Maison -Blanche et sur les deux Chambres, une base protestante indéfectible, doublée d?une complaisance catholique, zélée parfois, une Cour suprême acquise et enfin la complicité déclarée d?une partie de l?univers médiatique. Cependant, il est naïf de croire à une homogénéité des tendances au sein d?un sac fourre-tout comme le parti républicain, dans lequel même les pensées racistes ou antisémites (au sens de l?antijuif) trouvent place. Il est tout à fait judicieux de se convaincre de prépondérance de la droite religieuse dans la conduite du pouvoir à Washington. Le président lui-même ne ratant pas une occasion de faire état de la profondeur de ses convictions chrétiennes, qui priment régulièrement ses décisions administratives. Exception faite pour Israël... Car au sujet du soutien du pouvoir républicain à l?Etat hébreu, la question ne peut guère être traitée seulement sur la base d?affinités politiques et encore moins sur la base d?une prétendue judéochrétienté, même si une frange évangeliste-républicaine affiche son adhèsion à la thèse judaïque. Justement, il faut bien mentionner que l?adhésion à la théorie sioniste, c?est-à-dire la connivence politique, est plutôt une spécialité du parti démocrate qui, avec 13 sénateurs et 34 représentants de la Chambre d?origine juive, constitue le foyer incontesté de l?alignement politique. Or dans le cas du parti républicain, la formule est tout à fait autre. Le poids du lobby industriel et financier activant pour le compte d?Israël est plus présent dans les rouages de l?Administration Bush. Utile de bien noter que le parti républicain reste maigre en matière d?élus issus de la communauté juive, soit quatre représentants de la Chambre et un seul sénateur, celui de Pennsylvanie. BUSH ET LES MOSQUÉES Le retour à une religiosité que la Maison-Blanche ne cesse de soutenir est motivé par les dividendes moraux que pourrait apporter un encouragement à la pratique religieuse dit-on. George W. Bush est l?un des présidents américains qui vouent un respect à certains jugements religieux dans le cas de l?avortement, car il considère lui aussi le caractère sacré de la vie, dans la conception jusqu?à la mort naturelle. Pour la première fois dans l?histoire des Etats-Unis, le gouvernement avait contribué financièrement à la construction des lieux de culte dans la mesure où il considère que ces endroits offriraient aussi des services sociaux. Jamais, depuis la création des Etats-Unis, les mosquées comme les associations musulmanes qui gravitent autour (majoritairement bourrées d?opportunistes moyen -orientaux) n?avaient reçu autant d?argent comme ce fut le cas sous Bush qui multiplie l?octroi de fonds fédéraux à tous les lieux de culte à Detroit, à New York et à Los Angeles. Cette initiative avait d?ailleurs choqué les tenants du principe américain traditionnel de séparation de la religion et de l?Etat et on a vu un organisme comme l?American Civil Liberties Union commencer à crier contre ce qu?il qualifie de « la mesure la plus anticonstitutionnelle prise jusqu?ici par l?Administration Bush ». Reste à connaître qu?avec le président Bush à la Maison- Blanche, Dieu n?a jamais été aussi présent au c?ur du projet politique américain et pas moins dans la campagne électorale. Cela émane de la spiritualité politique du chef texan ; spiritualite traduite dans une multitude de détails pour le moins inhabituels dans sa conduite religieuse. Le président américain est un homme qui quitte son lit très tôt, à l?aube même, et s?isole dans une pièce de sa résidence. Chaque jour, il s?agenouille pour la prière et médite sur un passage de la Bible. Il fait cela dans ses rares temps libres, disait James Harding, journaliste du Financial Times. Les extraits les plus favoris de George W. Bush sont évidemment ceux des penseurs chrétiens, comme le pasteur Billy Graham (www.billygraham.org) Le président américain est un grand lecteur des textes d?Oswald Chambers et a pour rédacteur de discours un fondamentaliste chrétien nommé Michael Gerson, appelé affectueusement le « scribe ». Selon un journaliste canadien, Dan Bartlett, directeur de communication à la Maison-Blanche, le président est très sérieux par rapport à la foi. Elle lui a donné l?aisance et la capacité de gouverner. Pour le supporter, l?entourage du président affiche lui aussi sa connivence et M. Ashcroft par exemple tient une séance de prière chaque matin à 8h 30 dans les bureaux du département de Justice. Donald Rumsfeld n?est pas en reste. Ce petit-fils d?un immigrant allemand, originaire de Brême en Allemagne, fait lui aussi du militantisme chrétien (Rumsfeld est luthérien). Partisan du châtiment et de la sanction, le secrétaire à la Défense avait convoqué des leaders religieux pour qu?ils réfléchissent à l?idée que la guerre contre l?Irak puisse être présentée en termes philosophiques, comme une guerre juste. Or ce nouveau vocabulaire religieux illustre souvent une conviction fondamentaliste américaine qui, bien qu?elle provoque des résistances, se présente parfois comme l?élément moteur du programme politique du président américain et de son staff. La guerre contre l?Irak, et éventuellement contre l?Iran, peut être perçue comme une croisade si elle s?inscrit dans le fameux concept du bien et du mal. On peut aisément la comparer à une véritable démonisation d?une frange de l?humanité. Le théologien Georges Hunsinger (déclaration reprise par Financial Times) N?en revenait pas en disant : « Nous avons un président qui s?apprête à plonger le monde dans le chaos en déclenchant une guerre injustifiable et il le fait en partie en revêtant le manteau de la religion. »
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)