Oran - Revue de Presse


EL TARF

Le régionalisme revigoré Des incidents qui ont mis face à face des groupes de jeunes et les forces de sécurité ont éclaté le 31 octobre au chef-lieu de wilaya quelques heures à peine avant le début de la cérémonie commémorant le 50e anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération. Des adolescents, quelque 300, avec beaucoup de mineurs mis en avant, se sont regroupés devant le siège de la wilaya pour protester contre la nouvelle mouture de la liste des attributions des 217 logements de Yous (Tarf). Une liste publiée une seconde fois mardi dernier par voie de presse après l?avoir été une première fois en juin dernier avant d?être annulée par le wali, en réaction à la réprobation soulevée par les innombrables irrégularités qui favorisaient ouvertement des proches de la commission d?attribution. C?est la commission de la daïra qui a préparé la nouvelle liste que beaucoup jugent plus « juste ». Le clan mis en défaut en juin dernier, affaibli bien entendu dans la nouvelle liste, est désigné par le sigle TTK, les initiales des familles dont le nom revenait trop souvent dans la première liste. Il est considéré comme étant derrière les incidents de dimanche qui ont failli tourné au drame. Une date qui n?est pas fortuite, puisqu?il s?agit de la veille du 1er novembre. Selon des citoyens d?El Tarf, une campagne régionaliste et xénophobe de la pire espèce est entreprise depuis la parution des listes. « Ils ont donné des logements à des étrangers venus d?ailleurs et lésé vos proches », répandent les manipulateurs pour attiser le mécontentement populaire. Le régionalisme reprend du poil de la bête avec la dégradation des condition de vie des Algériens qui ont de moins en moins de choses partager. C?est un recul sur l?un des acquis les plus précieux de « la Révolution algérienne qui avait réussi à faire reculer le tribalisme, le régionalisme et le maraboutisme pour imposer le concept de modernité », témoignait il y a quelques jours encore Réda Malek.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)