El-Bayadh - Trains


EL-BAYADH : Le train pour bientôt



Tributaire du nord du pays pour tout ce qui touche, de près ou de loin, à son développement, y compris pour ses moindres approvisionnements en produits de large consommation, les plus vitaux, la wilaya d’El-Bayadh demeure encore l’otage d’une seule et unique voie de communication: la RN 6A, et de la première gare ferroviaire de Bougtob, point de passage de la ligne Mohammadia-Béchar, distance de 106 km du chef-lieu de wilaya. Enneigement, ensablement ou verglas en période hivernale, sont le lot quotidien des usagers de cette route qui redoutent tout au long de l’année les furies imprévisibles des éléments de la nature, qui se déchaînent et isolent profondément le reste du territoire de la wilaya. L’approvisionnement massif d’une wilaya en plein essor de développement, qui compte plus de 300.000 habitants, ne peut s’appuyer longtemps sur une seule voie d’accès terrestre. Des chantiers de construction, dans le secteur de l’habitat ou des infrastructures de base sont doublement pénalisés par le transport routier de matériaux soumis aux caprices d’une nature et d’un climat rigoureux. Durement éprouvé par le passage d’engins lourds, à destination des champs pétrolifères et gaziers du sud du pays, ce tronçon routier de la RN6A engloutit des sommes colossales pour sa maintenance et son entretien, ainsi que ceux des ponts et ouvrages d’art.

L’annonce faite récemment par le wali de la wilaya aux correspondants de presse locaux sur l’étude en cours d’un projet de réalisation d’une ligne ferroviaire qui reliera le chef-lieu de wilaya de Naâma à El-Bayadh, projet inscrit au titre du programme sectoriel de développement vient à point nommé puisqu’à long terme cette nouvelle voie de communication aura un impact largement positif et des incidences socio-économiques très importantes sur l’avenir de cette région. Il était grand temps puisque seul le rail, qui a fait ses preuves dans d’autres continents, est en mesure d’assurer d’une manière durable l’essor et le décollage économique de la wilaya. Les arguments avancés par des économistes locaux dans différentes spécialités sont solides et légitimes et ceci pour diverses raisons, eu égard aux références de la région et aux richesses que recèle son sous-sol. Il s’agit tout d’abord de désenclaver réellement une région en butte à d’éternels problèmes d’approvisionnement à partir du nord du pays. Compte tenu de l’éloignement des points d’approvisionnement situés au niveau des ports d’Oran, Ghazaouet, Mostaganem et enfin d’Arzew pour les produits énergétiques. A l’inverse, la wilaya pourrait donner en contrepartie plus qu’elle ne le peut actuellement. Son sous-sol regorge de minéraux tels: le baryte, l’antimoine, le manganèze et le sel gemme et surtout le sable pour la verrerie, en plus du mouton et de ses dérivés qui étaient autrefois exportés vers le vieux continent.

Les promoteurs les plus audacieux qui se sont manifestés par le passé pour l’exploitation de ces gisements, de la future cimenterie d’El-Abiodh Sid-Cheikh et plus particulièrement ceux intéressés par la mise en valeur des terres agricoles du sud, n’ont qu’un seul mot à la bouche, «le train», répètent-ils à chaque rencontre avec le wali de la wilaya, seul moyen de transport et d’échanges pour les inciter à se placer dans divers créneaux prometteurs pour l’ensemble de la wilaya, car soulignent-ils, le transport terrestre a ses limites. Le train sifflera-t-il trois fois sur les hautes plaines steppiques? Une certitude car il demeure, sans conteste, l’ultime outil de progrès et de prospérité. Le rail n’a-t-il pas été à l’origine de la conquête de l’Ouest ?







Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)