Algérie - Revue de Presse


El Affroun



Yahi est-il vivant ? C?est une mère de 65 ans, dont la douleur est avivée par un pressentiment qui ne lui laisse aucun repos, qui prend contact avec nous dans l?espoir que son cri du c?ur trouve un écho salutaire. Durant 36 ans, Mme Yahi a vécu avec l?idée que son bébé de 10 mois hospitalisé au CHU Mustapha Bacha en septembre 1971 était décédé quelques jours après son entrée à l?hôpital. Il y a quelques mois le doute s?est installé dans son esprit : un certain Yahi Mohamed (le prénom de son fils) 36 ans, (l?âge qu?aurait eu son fils en 2006, s?il avait été en vie), aurait cherché à retrouver sa famille par le canal de l?émission « Et tout est possible... » « Il ressemblait étrangement à mes frères, à Amar, surtout », lui dit l?une de ses filles mariées qui avait vu l?émission. Depuis, la mère et le père ne trouvent plus le sommeil. Ils n?auront de repos que lorsqu?ils trouveront leur fils disparu, depuis plus de trois décennies. Ils sont maintenant convaincus qu?il est vivant et a besoin de recouvrer son identité. Né le 26 novembre 1970, Mohamed tombe malade à l?âge de 10 mois suite à une rougeole à complications. Il est alors hospitalisé au service de pédiatrie d?El Affroun et évacué le lendemain vers l?hôpital Mustapha Bacha, se rappelle la mère, la gorge nouée. « A la troisième visite que nous allions lui rendre, des employés de l?hôpital nous ont déclaré à l?entrée du service qu?il était mort et que, si nous le voulions, nous pourrions aller à la morgue le voir », poursuit la maman. « Mais il fallait vérifier dans plusieurs tiroirs pour le trouver. Nous n?avons pas eu le courage de le faire. Nous sommes repartis le c?ur lourd sans rien voir ni avoir. On ne nous a pas donné le corps ni de papier prouvant que notre fils était décédé. Nous sommes analphabètes. Mon mari et moi étions très pauvres à l?époque. Nous nous en sommes tenus à ce qui a été officiellement déclaré, mais le décès de Mohamed n?a jamais été porté à l?état civil. Aucune mention ne figure sur son extrait de naissance, ce qui pourrait nous valoir des ennuis. C?est ce que nous pensons maintenant avec du recul. Nous n?avons pas enterré notre fils. Nous n?avons pas vu sa dépouille. Comment croire qu?il est réellement mort ? », explique la maman. Récemment, nous apprend encore la mère, un homme âgé se serait présenté repensant à la même émission de Ryad Boufedji. Il aurait déclaré avoir élevé un garçon qu?il avait recueilli à l?hôpital Mustapha Bacha et qui, aujourd?hui, ne dispose pas de papiers d?identité. Depuis, les parents biologiques de Mohamed Yahi font la relation entre le jeune homme de 36 ans en 2006 à la recherche de sa famille qu?il n?a pas connue, et le vieil homme coupable d?avoir adopté un enfant qui aurait été enlevé à ses parents. Et si c?était le même ? La mère pleure. Le père pleure. Celui-ci tient à redonner une identité perdue à son fils avant de mourir et serrer contre lui l?homme qu?il n?a pas vu grandir. La famille Yahi retrouvera-t-elle son enfant disparu ?



Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)