Blida - Revue de Presse


Echouage des navires

2003, une année noire Les côtes algériennes ont connu leur lot d?incidents en mer. Ce n?est pas la première fois, en effet, que des navires coulent au large des côtes algériennes. Pas plus loin que l?année dernière, plusieurs bateaux ont fait naufrage. Dans la plupart du temps, les conditions climatiques étaient à l?origine de l?échouage de ces navires. D?ailleurs, cela se passe souvent durant la période hivernale. Il y a près de deux années - au mois de novembre 2002 -, le navire El Hadjar coule à Skikda. Quelques mois plus tard, au début de l?année 2003, suite à des conditions climatiques très défavorables, pas moins de six embarcations s?étaient trouvées en difficulté au large des côtes algériennes. Alors que le vraquier Blida de la CNAN et le Hoggar avaient rencontré des difficultés du côté de Collo, le navire battant pavillon Saint-Vincent et les Grenadines a failli couler aux larges de Tipaza. Au même moment, à Skikda, trois autres navires ont connu le même cauchemar. Il s?agissait des navires Val Bruna, battant pavillon italien, Alliance Spirit et Kheymar battant pavillon chypriote (navires pétroliers) qui ont, après leur échouage sur la plage Ben M?hidi à Skikda, failli provoquer une catastrophe écologique. Durant la même période, à Jijel, des vents violents atteignant des pointes de 100 km/h avaient causé d?énormes dégâts au niveau des ports de pêche de cette wilaya et de Ziama Mansouriah. Une vingtaine d?embarcations avaient coulé. Le 1er février de la même année, le Nestor C, navire battant pavillon Sainte-Hélène, transportant plus de 30 000 t de produits fertilisants (diammonium phosphate), a échoué suite au mauvais temps sur la plage Beni Belaïd, à Jijel. Le mois d?avril 2003, le navire Spruttenberg, battant pavillon Chypriote, en a fait les frais sur la plage Saline-Dellys, dans la wilaya de Boumerdès. Il y a près d?une année, décembre 2003 plus exactement, deux navires, le Tenerife I et le Castor I - deux reefer (navire cargo) - échouent à la suite d?une violente tempête sur la plage Ben M?hidi (côte est), près de Skikda. Ils ont été emportés par les vents violents (plus de 80 km/h) pour finir sur cette plage. A cette époque, l?Entreprise portuaire de Skikda avait constaté le peu d?empressement de la société turque Aras, propriétaire des deux navires, à récupérer ses biens. Les deux épaves avaient pris feu quelques jours après. Cependant, l?on ignore, à ce jour, les auteurs de ce sinistre dont l?origine a été attribuée à des badauds. Au début de cette année, un navire des îles Tonga, le Load Carbon, qui transportait une cargaison d?acier, s?était trouvé en difficulté en Méditerranée, entre l?Algérie et l?Espagne, à quelque 80 milles nautiques, au nord de Cap Carbon (Béjaïa). S?il est vrai que l?échouage des navires s?est beaucoup plus accentué ces deux dernières années, il n?en demeure pas moins que durant les années lointaines d?autres naufrages s?étaient produits. Vers l?année 1994, le navire Sea Prince a coulé sur la plage R?mila d?El Marsa, Skikda.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)