Djelfa - Revue de Presse


DJELFA

La formation professionnelle ignorée Dans le cadre de la réforme et afin d?insuffler une nouvelle dynamique au secteur, une journée d?étude sur le renforcement de la formation par apprentissage a été organisée avec la participation de quelques partenaires en présence du représentant du ministère de tutelle. Ce secteur, qui constitue depuis quelque temps l?une des priorités de l?action des pouvoirs publics dans la prise en charge des préoccupations des jeunes, notamment celles liées à la formation qui leur permettrait l?insertion dans la vie active et l?intégration sociale, semble complètement ignoré par les partenaires directement concernés. Le taux relativement important de la déperdition scolaire et surtout les résultats catastrophiques du baccalauréat (16% en 2003 et 23% en 2004 de taux de réussite) n?ont pas pour autant alarmé les responsables locaux, en particulier ceux de l?éducation. Plus de 50% des élèves de terminale sont exclus avec la mention « orienté vers la vie active » alors que le taux de chômage est supérieur à 40%. La sensibilisation et l?orientation des élèves n?ont jamais constitué une préoccupation pour la direction de l?éducation, premier partenaire concerné et qui devrait collaborer étroitement avec la direction de la formation professionnelle. « Je suis allé moi-même récupérer les listes des élèves exclus », nous signale le directeur de wilaya de la formation, ajoutant que des brigades chargées de la sensibilisation, de la prospection et du placement des apprentis sillonnent depuis le 9 septembre les établissements scolaires. Le nombre des stagiaires, qui était de 5000, a pratiquement doublé en 2004 grâce aux actions de la direction de la formation professionnelle malgré lesquelles un nombre très important de jeunes reste encore marginalisé. Sollicitées lors des assises de la wilaya en 2000 par les représentants de la société civile, de nouvelles spécialités (une vingtaine environ) viennent d?être créées d?autant que les infrastructures sont en nombre suffisant. L?élevage, le traitement de la laine, la protection des végétaux, la sculpture sur plâtre et sur bois, la maçonnerie, la plomberie, la topographie, l?entretien des réseaux routiers... font partie des spécialités nouvellement créées.« Ces spécialités ont été étudiées en fonction des ressources et des programmes de développement de la wilaya », nous précise Rabah Hocine, responsable de la formation professionnelle expliquant que tous les équipements seront réceptionnés d?ici à la prochaine rentrée scolaire. Le secteur, qui a longtemps souffert du manque de moyens et d?encadrement, est en voie de répondre aux attentes de milliers de jeunes. A la condition que tous les partenaires s?impliquent.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)