Alger - Revue de Presse


DJELFA Les poubelles débordent



Les citoyens reprochent constamment aux élus et aux autorités locales le manque de propreté des villes, mais oublient, souvent, qu'ils ne font rien pour les aider et qu'il faut mettre du sien pour changer cet état de fait. La propreté doit être un acte de civisme et une norme sociale préoccupante pour les habitants. A l'instar des autres villes d'Algérie, Djelfa souffre du manque d'assainissement, de nettoiement, de collecte et traitement des déchets, des résidus urbains et des ordures ménagères. Beaucoup de citoyens jettent leurs sacs d'ordures dans n'importe quel endroit et surtout, sans respect de l'horaire du passage du camion des éboueurs. Cette catégorie de personnes n'est heureusement pas majoritaire mais, influe négativement sur la propreté des lieux et le respect de l'environnement.  Les services communaux, et malgré leur bonne volonté, n'arrivent pas a rendre l'espace urbain propre et hygiénique. Les citoyens doivent être sensibles et s'impliquer davantage dans la collaboration avec les élus pour une ville plus propre, plus attrayante et enfin plus vivante.  Les initiatives qui ont eu lieu dans quelques quartiers de la ville (Saadat, Benaziez, 05 juillet et Dhaïa) sous forme de volontariat les vendredis, ont donné des résultats prometteurs.  Un vrai citadin ne doit, en aucun cas, être la cause de «la souillure urbaine» mais un serviteur de la propreté de sa ville. Les autorités locales de leur côté doivent réserver des endroits aux espaces verts (au centre-ville surtout) pour diversifier le paysage et rompre la monotonie du béton.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)