Algérie - Séminaires économiques


Débats du forum des chefs d’entreprises, La privatisation doit privilégier les nationaux



Le Forum des chefs d’entreprises a clôturé le cycle de débats sur les grandes questions qui se posent à notre économie (fuite des compétences, l’anachronisme du repos hebdomadaire, l’obstacle du foncier industriel, l’incohérence du système fiscal, etc.), par une forte et intéressante conférence sur le processus de privatisation dont, chiffres à l’appui, Omar Ramdane a su donner la mesure du retard.
En effet, depuis août 1995, date de démarrage effectif des privatisations, à ce jour (soit un peu plus de 11 ans), l’Algérie n’est parvenue à privatiser que 396 unités économiques sur les 1200 entités, dont l’Etat souhaite se désengager. Cela ne fait que 35 entreprises privatisées en moyenne par année. Un résultat plutôt décevant car, à ce rythme, il faudrait pas moins de 23 ans pour venir à bout des 800 entreprises qui restent à privatiser. C’est évidemment une durée trop longue. Si longue qu’elle peut compromettre la transition à l’économie de marché qui se mesure, comme chacun le sait, par la prédominance de la place qu’occupe le secteur privé dans l’économie d’un pays. Une transition aussi longue est également porteuse de tous les périls, car on ne sait pas ce qui peut se passer en 23 ans, notamment dans un pays comme le nôtre, où on peut décider du jour au lendemain, sans explication aucune, d’une chose et son contraire. On le constate avec la volonté subitement affichée par nos autorités de constituer des pôles industriels à partir de grandes entreprises publiques auxquelles on avait pourtant interdit d’investir durant plus d’une décennie, sous prétexte qu’elles devaient être privatisées. Telle que l’Algérie est gouvernée, il n’est pas du tout exclu, et l’assainissement financier que l’Etat vient de leur accorder pour la énième fois tend à le prouver, que ces entreprises budgétivores et incapables de performances, soient bientôt remises sur selle à coups de milliards de dinars. Le Forum des chefs d’entreprises est pour sa part convaincu que si on ne va pas vite dans les privatisations, c’est parce qu’il n’y a pas la volonté politique de le faire. Si l’Algérie n’avait pas signé en 1995 un engagement avec le FMI et la Banque mondiale, la privatisation n’aurait sans doute jamais constitué une préoccupation majeure pour nos gouvernants. Aujourd’hui encore, la volonté d’aller vite en besogne n’est pas de mise donnant au discours politique, prétendument favorable à la privatisation, l’allure d’un slogan souvent contredit par les réalités du terrain. Le patron du groupe Cevital, Issad Rebarab, et certains observateurs avertis, comme les ex-ministres en charge de divers secteurs de l’économie à la fin des années 1990 (Abdelkrim Harchaoui, Belaïd Bakhti et Sid Ahmed Tibaoui), ont bien mis en évidence cette contradiction à l’occasion du débat. Pour le patron du groupe Cevital, qui sait de quoi il parle pour en avoir été souvent victime, le processus de privatisation tel que conduit, n’est ni transparent ni efficace. La rigueur procédurière est, selon lui, un leurre car, ajoute-t-il, le fait de proposer la meilleure offre ne vous garantit nullement d’emporter l’adjudication, les décideurs pouvant faire valoir à leur guise des éléments qu’eux seuls maîtrisent (évaluation patrimoniale, prix minimum de cession). Le patron de Cevital, mais il n’est pas le seul dans ce cas, affirme avoir ainsi été évincé de plusieurs offres de privatisation alors qu’il est certain d’avoir offert les meilleures conditions de reprise (prix, paiement cash, création d’emplois supplémentaires, augmentation des capacités de production, etc.). Autant de faits qui confortent de nombreux chefs d’entreprises dans l’idée que le processus de privatisation est resté dépendant de sphères de décision occultes qui peuvent arrêter un transfert de propriété, lorsque l’acquéreur pressenti ne leur convient pas, ou orienter l’adjudication au profit d’un repreneur de leur choix. La transparence n’est pas une préoccupation pour les autorités en charge de la privatisation, le CPE, qui en est l’instance suprême de décision, ne prend même plus la peine de publier dans la presse, comme au temps du CNPE, ses résolutions. Des nombreuses et fort intéressantes contributions au débat, on retiendra que la privatisation souffre avant tout de la lenteur et de l’incohérence du processus de réforme économique, stoppé et quelquefois même remis en cause, à chaque changement de gouvernement, et ils ont été fort nombreux (12 chefs de gouvernement en 15 ans). La discontinuité du service de l’Etat due à l’instabilité gouvernementale est en grande partie responsable du retard pris par le processus, chaque chef de gouvernement voulant engager son propre train de privatisations, plutôt que de mener à terme celui qu’avait lancé son prédécesseur. De 1995 à ce jour, l’Algérie a lancé pas moins de quatre trains de privatisations différents, et il n’est pas exclu que les prochains gouvernements conçoivent autrement la privatisation en réduisant notamment le nombre d’entreprises à privatiser. Une éventualité qui n’est pas du tout à écarter au vu de la nouvelle stratégie industrielle qui se profile.

Pour Des prérogatives claires

Un intervenant a également mis en évidence le rôle des SGP officiellement considérées comme des agences de privatisation, alors qu’elles ne sont en réalité que des agences de négociation, uniquement chargées de présenter aux instances de décision (CPE, MPPI et Conseil des ministres) les meilleures offres. Et c’est précisément à ces niveaux que beaucoup de temps est perdu et que des offres considérées comme intéressantes par les SGP sont écartées souvent sans motivation. La situation ne changera positivement, affirme un chef d’entreprise publique, dont les projets de partenariat végètent à ces niveaux depuis plusieurs années, que le jour où les acteurs de la privatisation (SGP, chefs d’entreprises) auront des prérogatives claires et qu’ils tireront avantages (primes, commissions, etc.), des privatisations qu’ils auront concrétisées. Il n’est, en effet, pas rare qu’un responsable de SGP fasse état de son inquiétude d’être livré au chômage si toutes les entreprises de son portefeuille sont privatisées et, d’aucuns considèrent cette inquiétude, somme toute humaine, comme une des causes de la lenteur du processus de privatisation. On a également soulevé à juste titre le problème des évaluations des entreprises éligibles à la privatisation, dont les montants sont requis comme prix minimum ouvrant droit à leur acquisition. Lorsque les offres n’atteignent pas ces minima, l’adjudication doit impérativement être relancée. Ces évaluations élaborées sur la base des prix du marché, notamment pour le foncier et l’immobilier, sont exagérément élevées, écartant du coup de nombreuses offres. Issad Rebrab signale le cas d’une unité industrielle, dont le foncier est évalué au prix de 15 000 DA le m2 alors que celle-ci est implantée sur un terrain de plusieurs hectares. Le terrain vaudrait de ce fait beaucoup plus que l’installation industrielle, objet de la privatisation, ce qui constitue un non-sens économique. Un non-sens que Omar Ramdane recommande de contourner en mettant les terrains en concession pour des durées déterminées et à des conditions fixées par des cahiers des charges. Cette procédure rendrait les prix des entreprises privatisables plus accessibles, évitant du coup les adjudications avortées, faute de propositions de prix en rapport avec les évaluations patrimoniales exagérément renchéries par le coût astronomique du foncier. Enfin, les intervenants ont insisté sur la nécessité d’aller beaucoup plus vite en matière de privatisation, car la valeur des entreprises se mesure essentiellement à l’importance de leurs marchés. La concurrence internationale leur a déjà ravi d’importantes parts de marché et tout porte à croire que le processus va s’exacerber dans les années à venir, réduisant du coup l’importance économique des entreprises mises en vente, qui auront de ce fait beaucoup moins de chances de trouver acquéreurs. C’est pourquoi, de l’avis de pratiquement tous les intervenants au débat, il est nécessaire de les céder au plus tôt (s’il le faut au dinar symbolique) à des repreneurs qui trouveront dans le maintien, voire même l’augmentation de leurs parts de marché, un réel motif de mise à niveau. Enfin, les propos du président du Forum des chefs d’entreprises confortés par pratiquement tous les intervenants ont fait état de la nécessité de privilégier les repreneurs nationaux pour toutes les entreprises ne nécessitant pas des fonds et un savoir-faire technologique, hors de portée du privé algérien. La richesse d’un pays estime à juste raison Issad Rebrab ne peut être réalisée que par ses citoyens. L’apport des étrangers est certes bénéfique mais il ne peut l’être qu’accessoirement. Les repreneurs nationaux ont du reste fait preuve de l’intérêt qu’ils portent aux privatisations puisque 70% des opérations ont été conclues en leur faveur. Les résultats seraient autrement plus importants si l’Etat consentait à prendre, ainsi que le propose le FCE, un certain nombre de mesures (apport initial ne dépassant pas 5%, échelonnement des paiements sur 15 à 20 ans, possibilité de changer d’activité dans le cas où l’activité initiale n’est plus rentable, mise en concession du foncier, etc.), susceptibles de rendre les privatisations plus attrayantes.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)