Alger - Revue de Presse


CRIMINALITE

STATISTIQUES ALARMANTES SUR LA CRIMINALITE Le pays sombre dans l?insécurité Le recul du terrorisme a laissé apparaître une autre forme de violence, celle liée à la criminalité, dont les statistiques rendues publiques par les services de sécurité sont alarmantes. En effet, ce phénomène ne cesse d?évoluer non seulement dans les grandes villes, mais également dans les zones rurales connues pour être des régions plus ou moins sécurisées. Durant le 1er semestre de l?année en cours, il a été enregistré uniquement par la Gendarmerie nationale 13 838 actes de criminalité dont 2339 crimes et 11 499 délits.   Augmentation préoccupante Ce phénomène est dominé en premier lieu par les actes de violence physiques, communément désignées par coups et blessures volontaires (CBV) avec 3127 cas, pour lesquels 4127 hommes et 220 femmes ont été arrêtés. Les homicides involontaires au nombre de 591 viennent en troisième position après les 4 600 vols. Les mêmes services ont révélé que durant la même période il y a eu 334 attentats à la pudeur, 222 violations de domiciles, 167 homicides volontaires, 150 viols, 50 enlèvements. Les mêmes services ont noté une augmentation alarmante de ces crimes durant les mois de juillet et août derniers avec 3142 de crimes et délits, dont 1438 actes de violence contre les personnes et 1201 atteintes contre les biens. Les CBV se placent toujours au premier rang avec 881 cas, suivis des vols avec 806 cas, puis des homicides involontaires avec 190 cas. Durant la même période, il a été enregistré 35 assassinats, 36 viols, 59 violations de domicile et 102 attentats à la pudeur. Les enquêtes ont montré que l?âge des auteurs est souvent compris entre 19 et 28 ans, et à un degré moindre entre 29 et 40 ans. Ils sont dans la majorité des cas sans profession. Cette criminalité semble se concentrer surtout dans la wilaya d?Oran, devenue depuis ces dix dernières années la capitale de la petite et grande criminalités, notamment celle dite organisée. Ainsi, la Gendarmerie nationale a pris en charge 1300 affaires criminelles, dont 178 sont liées à des crimes et 1112 à des délits de droit commun. Il est important de signaler que cette ville est aussi la plaque tournante du trafic de cannabis, du fait de sa position géographique à proximité de la frontière marocaine. Alger vient en deuxième position avec 1096 affaires traitées, dont 165 de crime et 931 de délit. La capitale est suivie de Relizane avec 636 affaires, parmi lesquelles 565 délits et 71 crimes. Menace La wilaya de Batna a, elle aussi, son lot de criminalité puisqu?il a été dénombré 100 crimes et 350 délits. Toutes les études faites par les spécialistes de la criminalité montrent que ce phénomène se développe d?une manière inquiétante dans la mesure où il constituera dans les toutes prochaines années la plus importante menace pour la sécurité du pays. Déjà, les citoyens ont du mal à circuler dans certains quartiers des villes et villages au-delà d?une certaine heure, alors que des braquages parfois sanglants sont signalés à longueur de journée et souvent à des heures de pointe. Les moyens mis en ?uvre par la police se sont avérés dérisoires face à ce fléau. Les fameux groupes mobiles de lutte contre la criminalité installés tout au début de l?année, notamment à Alger, sont dépassés par les sollicitations des pauvres victimes de vols de portables, de portefeuilles, de violation de domicile ou tout simplement d?agressions physiques. Le pays semble verser dans l?insécurité au point où même les trains sont assaillis par des jets de pierre de jeunes adolescents, dans le seul but de les stopper pour dépouiller les passagers de leurs biens. Une « activité » devenue très lucrative, mais qui a provoqué malheureusement la mort du chauffeur de train hier, dans une des gares non loin d?Alger. Ce grave incident montre encore une fois que le droit du citoyen à la sécurité n?est toujours pas garanti, en dépit des budgets énormes consacrés chaque année aux services de police et de la Gendarmerie nationale pour assurer la sécurité des biens et des personnes.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)