Alger - Revue de Presse


Contrôle social et politique de l?immigration algérienne



Dans une introduction à cet article intitulé « L?immigration en France, une pauvreté exotique », Aïssa Kadri note qu?« à travers son analyse des causes de l?émigration, appuyée sur sa connaissance de la diversité des conditions et des trajectoires de sortie des pays d?origine, Abdelmalek Sayad y rompt avec l?ethnocentrisme inconscient présent dans les pays qui accueillent des populations migrantes. En s?inscrivant dans une perspective historique et en développant une analyse sociologique fondée sur une connaissance juridique et des statistiques, il montre comment la question du logement immigré a été inséparable des modalités de gestion et de contrôle politique et sécuritaire de l?immigration. On voit là ce que ce texte inachevé dit avec force, à travers le passé, de l?actualité la plus brûlante ». « Pour Sayad, l?immigration a toujours fait l?objet d?un contrôle social et politique exceptionnel. Il montre dans ce texte qu?il y a une confusion totale jusqu?en 1945 entre l?action sociale qui vise les immigrés algériens et le contrôle policier, en raison notamment de la nature coloniale de cette immigration. Il montre que c?est le travail policier qui assure la fonction d?assistante sociale. » « Le premier service créé, dit-il, fut le comité d?assistance plus connu sous le nom de comité d?Alger, créé pendant la Seconde Guerre mondiale par Louis Billard, qui assure un service d?assistance et de surveillance. C?est en 1923 qu?est créé, au sein de la préfecture de police de Paris, une section des affaires indigènes, afin de surveiller et de ?protéger? les travailleurs indigènes durant leur séjour dans la capitale. C?est toujours la mission de contrôle policier qui prend le pas sur celle d?assistance, avec la création en février 1925 du bureau de la rue Lecomte pour surveiller l?émigration algérienne. »




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)