Contes pour enfants : L’histoire d’Alger revisitée



Contes pour enfants : L’histoire d’Alger revisitée
Les contes que vient de publier Ali Semmoudi nous rappellent la présence d’un phénomène bien inquiétant. C’est celui de la «consommation» massive, impersonnelle et passive des programmes du petit écran, des ordinateurs personnels connectés à internet, des tablettes et autres multimédias qui le soir font disparaître de nos foyers ce besoin plus que vital de communication mutuelle, toute l’intégrité et la chaude atmosphère du milieu familial. Que reste-t-il ?

Ainsi, dans le premier conte, une petite fille qui ne parvient pas à oublier une histoire racontée un jour par sa mère s’en va candidement par une nuit d’hiver à sa recherche. L’ossature de ce conte est une aventure captivante à l’impact renforcé d’un élément fantaisiste. Dans la majorité des histoires racontées par Ali Semmoudi, l’interférence des deux pôles, le réel et le rêve, le réel et la fantaisie, permet à l’auteur d’utiliser un espace prometteur en situations et confrontations surprenantes. Le protagoniste se retrouve, à chaque détour, plongé dans l’aventure et force lui est de s’orienter et de prendre des décisions.

La morale découle d’elle-même de la logique «du conte» sans l’altérer et est une composante organique de la conception de l’auteur. Ce recueil de contes ne s’est nullement donné pour tâche de découvrir de nouvelles «cimes» dans le domaine de la littérature pour enfants, mais de stabiliser et de raffermir les acquis, dans le sens le plus large du terme, c’est un livre gentil, bien concis, tantôt sérieux, tantôt moqueur, plein de bonne humeur, accompagné du sourire bienveillant du conteur.

Les Ombres de la ville, la belle histoire que l’auteur a choisie pour intituler son recueil, est un conte imaginaire qui encourage les petits élèves à découvrir la ville d’Alger et son histoire millénaire. Hamid et Malika, frère et sœur, errent au fil de l’histoire de la métropole. Dans ce labyrinthe du temps, ils se trouvent mêlés à une bande d’élèves partis en excursion scolaire admirer les monuments historiques. La machine du temps leur joue des tours. Au lieu de se trouver dans une salle où est exposée la céramique algérienne, ils se voient assister aux assises d’un conseil de guerre.

La «mahroussa» (Alger) est menacée par d’étranges envahisseurs. Hamid et Malika sont plus tard les témoins de plusieurs incursions barbares. Des pillards venus d’un autre monde attaquent la ville. Nos deux héros rencontrent des habitants des temps reculés, ce qui leur permet de connaître les grands moments de l’histoire d’Alger. La force motrice du sujet est le temps qui file incroyablement vite et fait se relayer diverses époques de l’histoire pour exposer les deux jeunes protagonistes à des rencontres et des aventures inédites. Dans l’ouvrage d’Ali Semmoudi, le temps change, un coup de baguette magique faisant réapparaître des personnages historiques devenus soudain familiers. Un livre à lire.

Né à Béjaïa en 1981, Ali Semmoudi vit à Alger.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)