Constantine - Revue de Presse


constantine

Troisième session criminelle La troisième session du tribunal criminel de Constantine a débuté, samedi dernier, pour durer jusqu?au 5 janvier 2005. On compte déjà pas moins de 71 affaires enrôlées pour cette période, parmi elles figurent neuf meurtres prémédités dont un perpétré par un mineur sur son ascendant, six tentatives de meurtre, treize cas d?associations de malfaiteurs, neuf affaires de m?urs dont plusieurs cas de pédophilie et d?attentat à la pudeur, onze vols commis par effraction ou sous la menace d?armes blanches et armes à feu et sept affaires de terrorisme. Parmi les affaires très attendues durant cette session qui demeure toujours ouverte, on cite particulièrement le fameux meurtre à la tronçonneuse ayant mis toute la ville en émoi durant l?année 2001, après la découverte du corps décapité de la victime dans différents endroits de La Casbah et de la vieille ville, ainsi que l?affaire de détournement de plusieurs milliards de dinars à la carrière géante de la commune d?Ibn Badis où une vingtaine d?accusés seront appelés à la barre. Mémoire souillée La stèle érigée en haut des rampes Boulefrinat Khedoudja, reliant la place du colonel Amirouche (ex-Pyramide) à l?avenue Aouati Mostefa est dans un état de laisser-aller indescriptible. Elevée durant la période coloniale lors de la construction des quartiers européens sur le fameux plateau du Coudiat Sidi Aty, elle marquait pour les Français, à l?époque, un hommage au comte Damrémont, commandant en chef de l?expédition française mortellement atteint d?un boulet sur le même lieu, le 12 octobre 1837, en inspectant les batteries des canons installées en direction de Constantine, la veille de sa prise. Pour les Constantinois, cette même stèle témoigne de la résistance héroïque des habitants d?une ville toujours insoumise. Il se trouve qu?un pareil lieu subisse une dégradation lamentable pour prendre les allures de vespasiennes à ciel ouvert et un site privilégié de dépôt d?ordures. Des endroits d?une pareille importance ont droit à bien d?égards dans les villes gouvernées par des municipalités qui se respectent.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)