Skikda - Revue de Presse


CONCENTRE DE TOMATES



Les transformateurs en alerte Plusieurs transformateurs de tomates dans la région de Annaba et de Skikda sont en alerte en ce début de lancement de la campagne collecte de tomates fraîches 2004. Depuis quelques jours, ils sont confrontés à une opération de spéculation dans laquelle des personnes jouant le rôle d?intermédiaires sont impliquées. D?où la grande perturbation qui caractérise actuellement le réseau des collecteurs. Ces intermédiaires sans relation aucune avec le secteur de la transformation de la tomate, ne disposant pas de registre du commerce, tentent de rafler toute la production de tomates fraîches auprès des agriculteurs producteurs. Ces derniers seraient appâtés par les 7 DA/kg à la cession de leur récolte légèrement plus attractive que celles des transformateurs locaux qui auraient fixé leur prix à 6 DA/kg. Ces collecteurs d?occasion, que plusieurs opérateurs économiques de la région de Annaba, Skikda, Guelma et El Tarf dénoncent comme étant des spéculateurs, activent déjà depuis plusieurs semaines. Face à cette situation qui leur est préjudiciable, certains transformateurs de la région ont réagi. Ils ont saisi toutes les autorités locales et nationales pour mettre un terme à cette situation. Ils ont affirmé que ce procédé déloyal, loin de servir l?économie nationale ou l?absorption du chômage, risque d?entraîner la fermeture de plusieurs unités de transformation et la disparition de plusieurs milliers de postes de travail. Ce sont en tous les cas les arguments avancés par Ahmed Zaïme, gérant du groupe CAZ ex-Coamed, dont le complexe agroalimentaire est en activité depuis des lustres, principalement dans la production du concentré de tomates. « Nous avons alerté le ministre du Commerce et toutes les autorités locales dans la région de cette grave situation. Ces collecteurs venus de toutes parts ont créé une perturbation inqualifiable dans les approvisionnements de nos unités en tomates fraîches. Cette situation est d?autant insoutenable lorsqu?on sait que, contrairement à ceux qui se cachent derrière cette opération de racket, nous avons énormément investi en contribuant financièrement à la redynamisation du secteur agricole et de là à la création de plusieurs milliers de postes de travail. En ce qui concerne mon unité implantée dans la daïra de Azzaba, elle risque de fermer et mettre au chômage 220 travailleurs et pères de famille. »




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)