Alger - Revue de Presse


COA

Jeux arabes Le COA et les fédérations montent au créneau Les présidents des fédérations sportives nationales se sont réunis lundi au siège du Comité olympique algérien (COA). Le président du COA, Mustapha Berraf, rédacteur du communiqué qui a sanctionné cette rencontre, l?a qualifiée d?« importante réunion ». C?est dire combien les présents à Ben Aknoun ont évalué ce rendez-vous. Le second du genre, après celui tenu, toujours au siège du COA, il y a quelques mois et qui avait tiré la sonnette d?alarme à l?époque. Les pouvoirs publics ne sont pas restés insensibles, puisque des décisions ont été prises, dans le sens souhaité par les responsables des fédérations. Lundi, ces mêmes dirigeants se sont retrouvés pour évoquer la situation des préparatifs des 10e Jeux sportifs arabes d?Alger. Le communiqué prend soin de préciser : « La réunion entre dans le cadre des réunions périodiques de concertation que tiennent le Comité olympique algérien et les fédérations sportives à l?occasion des événements dont l?importance dicte la cohésion du mouvement sportif national. » Ce passage traduit les inquiétudes et les appréhensions des uns et des autres à quelques semaines de l?ouverture du grand événement sportif que l?Algérie abritera en septembre et octobre prochains. L?organisation et la préparation de ces jeux ont fait grincer des dents, depuis des mois. La montée au créneau du Comité olympique algérien et des fédérations sportives traduit parfaitement ce malaise entre les différents acteurs qui sont partie prenante dans la réussite ou l?échec de la grande manifestation sportive et de jeunesse que notre pays accueillera à l?automne prochain. Les représentants des fédérations sportives, tout en réitérant leur « satisfaction face à la décision du ministère de la Jeunesse et des Sports de désigner, le 13 juillet 2004, le Comité olympique algérien comme opérateur délégué chargé de l?organisation de la participation de la délégation algérienne aux Jeux sportifs arabes d?Alger 2004 », ne manquent pas de mentionner qu?« ils regrettent qu?elle (la décision) parvienne aussi tardivement ». Cette attitude témoigne d?un sentiment d?impuissance devant une situation qui doit être redressée dans les meilleurs délais pour garantir la réussite de l?événement qui a mobilisé beaucoup de moyens et d?énergie. Les présidents des fédérations ont saisi l?opportunité de cette rencontre pour débattre des conditions de préparation des athlètes à la lumière des budgets de préparation alloués pour la circonstance. Ce sujet a déjà fait l?objet de vives discussions entre les différents acteurs directement concernés par les Jeux arabes. Le report de ces derniers, suite au séisme du 21 mai 2003, a complètement bousculé les plans des uns et des autres. Les enveloppes budgétaires affectées pour la préparation des Jeux arabes ont été partiellement, ou totalement, consommées lorsqu?est intervenue la décision du report des jeux pour la raison invoquée ci-dessus. Le communiqué évoque « les multiples contraintes et les grandes difficultés rencontrées dans le cadre de la préparation des différentes équipes nationales » et fait remarquer que « l?unanimité s?est dégagée autour de la rédaction d?un mémorandum qui sera adressé aux autorités ». Ce passage souligne l?engagement ferme des dirigeants concernés à alerter qui de droit sur la situation. Le mémorandum sera un acte par lequel les responsables des fédérations sportives dégageront leur responsabilité de ce qui adviendra des performances de leurs athlètes. Les participants ont, enfin, « condamné avec force les abus et illégalités subis par la fédération des sports équestres qui se trouve confrontée à des menaces d?expulsion de son siège et de ses installations sportives », conclut le communiqué.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)