Algérie - Investissements et partenariat


Cinq accords de coopération économique et commerciale signés, L’Algérie et le Brésil veulent aller plus loin



L’Algérie et le Brésil ont signé, hier, quatre accords de coopération économique et un accord commercial destinés à promouvoir leurs échanges bilatéraux et diversifier leurs relations économiques, à l’occasion de la visite d’Etat de deux jours du Président brésilien Luiz Inacio Lula Da Silva à Alger.

Les cinq accords ont été signés, côté algérien, par le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, M. Mohamed Bedjaoui, et, côté brésilien, par le ministre d’Etat des Relations extérieures, M. Celso Amorim, en présence des présidents Abdelaziz Bouteflika et Luiz Inacio Lula Da Silva. Le premier accord de coopération économique, qui concerne le commerce bilatéral, est destiné à «renforcer» et à «diversifier» les relations économiques entre les deux pays. Le second accord, un protocole d’intention, a trait à la coopération technique dans le domaine de l’agriculture. En vertu de ce protocole d’intention, les deux parties s’engagent notamment à «développer la coopération technique mutuelle» dans les domaines de la recherche agronomique, la formation des ressources humaines, le développement agropastoral et forestier, ainsi que la gestion et la valorisation des ressources naturelles (sol, eau, ressources génétiques).

Les deux pays ont, par ailleurs, signé un protocole d’entente relatif à la sécurité sanitaire et phytosanitaire de produits d’origine animale et végétale. Ce protocole, d’une validité de cinq ans, vise à «promouvoir la communication et la coopération bilatérale» dans ce domaine, conformément aux accords conclus à ce titre par les deux pays en novembre 2005 à Alger. Le quatrième accord conclu, qui relève du secteur de la marine marchande, est destiné essentiellement à faciliter les échanges maritimes entre les deux pays.

S’agissant de l’accord commercial, il stipule notamment que les échanges commerciaux entre les deux pays «se réaliseront conformément aux lois et règlements en vigueur dans chacun des deux pays». A cet effet, les deux pays «adopteront toutes les mesures nécessaires dans le but de faciliter, de renforcer et de diversifier les échanges commerciaux dans le cadre de ces lois et règlements». Selon les termes de l’accord, les deux parties «s’accordent mutuellement le traitement de la nation la plus favorisée en ce qui concerne les droits de douane et faciliteront toutes les procédures de commerce extérieur relatives aux opérations d’importation et/ou d’exportation de produits, conformément aux règles internationales établies».

Par ailleurs, les deux pays ont convenu d’encourager «la mise en place d’instruments pour la promotion de leurs échanges commerciaux réciproques en direction de leurs opérateurs économiques, notamment par la mise en place de systèmes appropriés d’échanges d’informations et la réalisation de mise en relation d’affaires conformément aux lois et règlements en vigueur dans chacun des deux pays». Ils ont, en outre, décidé d’encourager «l’ouverture et l’implantation de sociétés, représentations, succursales et autres personnes morales sur le territoire de l’une et de l’autre partie».

L’accord, qui entrera en vigueur après «l’accomplissement par chacune des parties des procédures légales internes le concernant requises à cet effet», aura une durée de deux années, renouvelables par tacite reconduction pour de nouvelles périodes de deux ans. L’accord signé mercredi remplace l’accord commercial entre les deux pays signé à Brasilia le 3 juin 1981.

Le Président brésilien, M. Luiz Inacio Lula Da Silva, est arrivé dans la matinée d’hier à Alger, pour une visite d’Etat en Algérie de deux jours, à l’invitation du chef de l’Etat, le Président Abdelaziz Bouteflika. A son arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediène, M. Da Silva a été accueilli par le Président Bouteflika, dont c’est la première apparition publique depuis près de trois semaines. La dernière en date remonte, en effet, au 14 janvier dernier, à l’occasion de la réunion du Conseil des ministres.





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)